Par l’Équipe du Kiosquean-irish-eviction-by-frederick-goodall

Les Irlandais sont venus au Québec parce qu’ils n’avaient pas le choix; ils ne voulaient pas venir. Pourtant, ils ne savaient rien du pays, sinon l’essentiel: c’était une colonie de l’empire britannique.

Et les Irlandais catholiques connaissaient bien, trop bien, cet empire qui les écrasait depuis 700 ans; l’île verte avait été sa première colonie. Belle ingratitude quand on pense que les Irlandais avaient sauvé leur civilisation et celle de l’Europe.

C’est par la peau des dents qu’on a conservé l’héritage des Grecs et des Romains, la base de notre civilisation. On est vraiment passé proche d’oublier comment lire et écrire et d’être pratiquement obligé de repartir à zéro.

Vers 600 ans avant le Christ, les Grecs commencent à noter la présence en Europe d’un peuple étrange qu’ils appellent Keltoi. Venus de l’est, ils se sont établis en France, en Espagne et dans les îles britanniques. Alors que les Romains occupent la moitié de l’Europe dont l’Angleterre, pas un seul légionnaire ne met les pieds en Irlande. Par contre, un Anglais, saint Patrick vient les convertir. Lorsqu’il meurt en 432, l’Irlande est chrétienne avec ses moines, ses monastères, ses manuscrits des grands écrivains de l’Antiquité. L’Empire romain s’effondre un demi-siècle plus tard.

Différents peuples germaniques ravagent l’Europe, du nord au sud, de l’est à l’ouest; les bibliothèques disparaissent; la plupart des manuscrits sont détruits ou dispersés. À la toute extrémité de l’Europe, l’Irlande est épargnée. C’est là où est concentrée la toute petite minorité d’Européens, tous des religieux, qui savent encore lire et écrire. Des générations de moines irlandais, que ce soit à Clouard où ils sont des milliers, ou à Iona sur une des îles Hébrides, recopient inlassablement ce qui a échappé aux Barbares.

Page tirée du livre de Kells. En regardant très attentivement, on peut lire : In principio erat verbum (au commencement était le Verbe).
Page tirée du livre de Kells. En regardant très attentivement, on peut lire : In principio erat verbum (au commencement était le Verbe).

C’est de là, après les invasions, que va repartir le christianisme parce que les moines irlandais, contrairement à tous les autres, voyagent volontiers. Le pape Grégoire VII en envoie une quarantaine pour convertir l’Angleterre; il confie à l’Irlandais Boniface, la conversion des Germains; à d’autres, la fondation de monastères en France, en Allemagne, en Suisse. Aussi, lorsque l’empereur Charlemagne veut faire d’une pierre deux coups : former un clergé instruit, et en même temps administrer l’Empire, il fait venir des moines de l’Italie, de l’Angleterre et de l’Irlande.

En 796, les Vikings s’installent le long de la côte est de l’île. Ils sont complètement assimilés lorsque le pape Adrien, le premier et dernier pape anglais, donne quelques siècles plus tard l’île qui ne lui appartient pas aux nouveaux maîtres de l’Angleterre, les descendants des Normands de Guillaume le Conquérant. Comme les Vikings, ils se fondent progressivement dans la société irlandaise, adoptent ses coutumes, parlent gaélique. Humiliée, la cour d’Angleterre impose en 1366 à ces «Anglais dégénérés» des lois pour empêcher leur assimilation. Elle interdit de parler gaélique, d’épouser une Irlandaise, de jouer au hurling, le sport de plein air le plus rapide au monde, d’entretenir des bardes ou des poètes irlandais, de faire élever leurs fils dans des familles irlandaises, de porter des costumes irlandais etc.

Vidéo: extrait d’une partie de hurling

http://www.dailymotion.com/video/x5gabk_hurling_sport?search_algo=2

Les «Anglais dégénérés» n’écoutent pas et continuent à s’assimiler tranquillement; l’Angleterre a d’autres chats à fouetter: une guerre d’une centaine d’années contre la France, suivie d’une autre entre deux familles qui se disputent la couronne d’Angleterre. Puis, Henri VIII monte sur le trône d’Angleterre. Et là, tout bascule.

Henri VIII est différent des envahisseurs précédents: il a été obligé d’abandonner le catholicisme et de divorcer pour les beaux yeux d’Anne de Boylen; maintenant protestant, plus précisément anglican, il veut imposer sa nouvelle foi en Irlande et, comme en Angleterre, s’emparer de toutes les possessions de l’Église.

Entre deux révoltes irlandaises, Henri VIII puis sa fille Élisabeth occupent l’Irlande, confisquent les terres, et font venir des colons écossais protestants qui occupent le nord de l’Île. Après une autre révolte particulièrement dure, le puritain Oliver Cromwell débarque à Dublin avec 12000 hommes. Il y a alors un million d’Irlandais sur l’île. Trois ans plus tard, il en reste 600 000. Les Irlandais ne sont pas encore domptés; ils attendent une occasion favorable.

En 1685, par le jeu des dynasties, le nouveau roi d’Angleterre, Jacques II, est catholique. Cette fois ce sont les Anglais qui se révoltent. Ils vont se chercher un roi protestant, le propre gendre de Jacques II, Guillaume d’Orange, qui anéantit Jacques II et ses alliés irlandais à la bataille de la rivière Boyne en juillet 1690.

(Cette bataille va devenir pour les protestants irlandais, l’équivalent à la fois de la Saint Patrick, du débarquement de Normandie et du 4 juillet américain.)

Jacques II les laisse choir avant même la fin de la bataille et s’exile en France, se méritant chez les Irlandais le surnom de Seamus an Chaca (James the Shit). Cette fois, les Anglais sont décidés à prendre les grands moyens pour mater ces éternels rebelles pour de bon.

En 1692, une batterie de loi anti-catholiques leur tombe dessus pour les garder pauvres, stupides et sans pouvoirs. En permanence. Ils n’ont pas le droit de travailler dans l’administration ou la fonction publique. Ils ne peuvent pas être médecins, avocats, notaires, soldats, etc. Tous les prêtres sont chassés de l’Irlande, toutes les écoles interdites. Ils ne peuvent publier ni livres ni journaux. IIs ne peuvent pas acheter des terres. Cerise sur le gâteau, ils doivent payer la dîme à l’Église anglicane, la seule religion officielle de Irlande.

30 000 soldats irlandais quittent définitivement leur pays et s’engagent comme mercenaires en Espagne ou en France. Les familles qui le peuvent envoient leurs enfants dans la trentaine de « collèges irlandais » qui pousse en Europe. C’est surtout parmi ces familles que se recruteront les Irlandais qui s’installeront en Nouvelle-France.

Les premiers résistants sont les prêtres. Les candidats vont étudier dans les séminaires de France et d’Espagne, reviennent clandestinement en Irlande, enseignent et disent la messe en plein air dans des champs éloignés. Ils sont le seul réconfort du peuple. Le gouvernement offre une récompense pour chaque prêtre dénoncé. Arrêtés, ils risquent la mort ou la déportation aux Barbades où ils passeront le reste de leur vie à couper de la canne à sucre.

Au XVIII siècle, le siècle des Lumières, la tolérance devient à la mode; L’Europe arrête de brûler des sorcières, prend ses distances avec les rois et les papes. Puis la Révolution américaine éclate et prouve qu’un peuple peut se libérer de la tyrannie anglaise. En 1789, la Révolution française enthousiasme des Irlandais protestants comme l’avocat protestant Wolfe Tone qui fonde à Belfast la «Société des Irlandais Unis» un club d’admirateurs de la Révolution.

La Révolution des « Irlandais Unis»

Parmi les 28 fondateurs, 26 presbytériens, deux anglicans. Pourtant, ils sont tous en faveur de l’égalité des catholiques. Par ailleurs, ils aimeraient bien le suffrage universel mâle qui leur permettrait de se débarrasser de la très réactionnaire clique du Château de Dublin, le siège de l’administration, qui sert uniquement les intérêts des landlords (les grands propriétaires terriens), et de l’Église anglicane.

Lorsque l’Angleterre déclare en 1793 la guerre à la France, le premier ministre Pitt se dépêche d’assouplir les lois anti-catholiques. Les Irlandais peuvent aller à l’école, à l’église, être fonctionnaires, louer des terres et garder les 5% des terres irlandaises qui leur restent. ( Ils possédaient 22% des terres en 1688, 14% en 1703, 5% en 1776). Certains, les mâles moins pauvres, ont le droit de voter. Mais un député doit reconnaître que le roi d’Angleterre est le chef de l’Église ce qui empêche tous les catholiques de siéger au Parlement.

En 1794, la «Société» est déclarée illégale et démantelée. Des membres plongent dans la clandestinité et se radicalisent; ils rêvent maintenant d’une République, séparée de la Grande-Bretagne et dont les citoyens seront tous égaux devant la loi. Protestants et Anglicans savent que des catholiques ayant les mêmes droits qu’eux vont finir par les renverser. Ils fondent l’Ordre d’Orange qui prend son nom du roi Guillaume, le vainqueur de la Boyne, société secrète, armée, prête à tout pour maintenir la suprématie des protestants.

Réfugié en France, Wolfe Tone finit par persuader le gouvernement qu’une république irlandaise est possible; une invasion se prépare. Mais les Irlandais n’attendent pas et se soulèvent en 1798. La révolte est brutalement réprimée, 30 000 morts. «Une boucherie monumentale» écrit l’historien québécois Simon Jolivet.

Les Anglais ne sont pas rassurés; ils sont en guerre avec la France et il est important de resserrer les rangs. Pitt croit que le problème irlandais requiert une solution radicale: une union complète de l’Irlande avec la Grande-Bretagne. Ce qui veut dire abolir le Parlement du Dublin qui n’acceptera jamais l’émancipation des catholiques, donner le droit à ces derniers d’élire des députés qui pourront siéger à Londres. Les Irlandais catholiques perdront ainsi le goût de poignarder la Grande-Bretagne dans le dos avec l’aide de la France ou de l’Espagne.

Le 1er août 1800, c’est fait: un seul drapeau, l’Union Jack, flotte sur le Royaume-Uni. Mais le plan de Pitt échoue. Il a mal évalué la haine des nombreux anti-catholiques et encore moins les angoisses religieuses du roi George III. Lors de son couronnement, comme tous ses nombreux prédécesseurs, il a prêté le serment solennel de protéger la foi anglicane. Finalement, il refuse l’émancipation des catholiques. Humilié, Pitt démissionne aussitôt.

L’Acte d’Union suscite peu de réactions. Le riche héritier Robert Emmet, un des rares survivants du massacre des « Irlandais Unis», finance une révolution avec son héritage. Avec une cinquantaine d’hommes, il attaque en 1803, le Château de Dublin, tuant deux personnes au passage. Une entreprise futile et un échec lamentable. Mais Robert Emmet réussit sa mort. Sur l’échafaud il s’écrie: «qu’on n’inscrive aucune épitaphe sur ma tombe tant que l’Irlande ne sera pas libre». Il suscite dans la nation un long frisson qui va l’émouvoir jusqu’à aujourd’hui.

Les Irlandais au Québec grâce à Napoléon

Depuis 1793, l’Angleterre, pratiquement toujours en guerre avec la France, achète tout ce qui pousse en Irlande pour nourrir ses nombreuses armées. Mais en 1815, Wellington bat définitivement Napoléon à Waterloo. Du jour au lendemain, le gouvernement arrête ses achats agricoles. Les prix s’effondrent. L’économie entre en récession. Alors même que le taux de natalité des Irlandais est probablement le plus élevé au monde et que les terres agricoles commencent à être surpeuplées. Mais justement grâce à Napoléon, ceux qui veulent partir peuvent se payer le passage jusqu’au Canada.

Quelques années auparavant, à l’automne 1806, à Berlin, Napoléon avait interdit à l’Europe tout commerce avec l’Angleterre, son ennemie mortelle. Cette interdiction visait particulièrement les chênes et les pins de la Scandinavie essentiels pour sa flotte. La « Navy » s’est alors demandé où s’approvisionner. Un seul endroit dans l’Empire britannique, l’Outaouais, libre de colons. Le gouvernement a délivré alors des permis de coupe sur les territoires libres de la couronne et ajouté des tarifs douaniers préférentiels. Un peu partout dans la région de l’Outaouais, sur la Lièvre, la Gatineau et en amont de Hull, des entrepreneurs ont ouvert des chantiers.

Petite histoire de la forêt québécoise

http://kiosquemedias.wordpress.com/2012/05/14/petite-histoire-de-la-foret-quebecoise/

Le port de Québec
Le port de Québec

Les navires qui viennent chercher le bois au port de Québec traversent l’Atlantique sans cargaison. La colonie n’achète pas grand-chose en Angleterre et attire très peu les immigrants britanniques. Les armateurs se disent qu’adapter leurs navires, un peu, pour transporter des passagers à bas tarif serait mieux que rien. Les Irlandais qui réalisent que l’agriculture est sans avenir, en profitent pour émigrer aux États-Unis quitte à passer par le Canada.

Les Irlandais au Québec

Ils sont déjà un millier à Québec lorsqu’en 1817, le sulpicien Richard Jackson remarque des visages étrangers à l’église Notre-Dame de Bonsecours. Ce sont les premiers Irlandais de Montréal.

Il ne reste alors aucune trace de la centaine de familles irlandaises venues s’installer sur les bords du Saint-Laurent au XVII siècle auxquelles s’étaient ajoutés des soldats et des déserteurs comme ces garnisons complètes d’irlandais qui avaient déserté la Nouvelle-Écosse en 1746 et en 1751, pour se réfugier en Nouvelle-France. Beaucoup ont francisé leur nom. Comment reconnaître les Sylvain derrière les O’Sullivan, les Reilly derrière les Riel, les O’Brien derrière les Aubry, les Moran derrière les Morin?

Dans les années 1820, la plupart des 10, 000 Irlandais qui arrivent chaque année ne font que passer au Québec avant de partir pour l’Ontario ou de rejoindre leurs compatriotes déjà installés dans les grandes villes du Nord-Est américain comme Boston et New York. La Révolution industrielle commence. Ils travaillent dans les mines, les manufactures de textile, 3 000 Irlandais creusent le canal Érié, bref les tâches les plus pénibles et les moins payées.

Au Québec c’est différent; plusieurs s’établissent à la campagne au nord de Québec, Stoneham, Shannon, etc. et de l’autre côté du fleuve. Le géographe Raoul Blanchard: « En Beauce , le centre du comté Dorchester héberge peu après 1815 des Irlandais qui y organisent plusieurs villages, Saint Sylvestre, Saint Patrick; en 1821, on en indique établis le long du chemin Craig et ils seront bientôt la majorité dans le comté de Mégantic. De là, ils poussent par le chemin Gosford dans Wolfe, gagnent Sherbrooke, puis le comté de Compton; ils pullulent à travers le Piémont, jusque dans Shefford.» On en décèle en 1823 aux rives de l’Outaouais. Peu à peu des établissements irlandais garnissent la rive gauche de la rivière, poussent le long de la basse Gatineau, débordent les Américains de Hull et sont les premiers colons du comté de Pontiac.

Les rapides de Lachine
Les rapides de Lachine
Lieu historique national du Canada du Canal-de-Lachine
Canal de Lachine

L’ouverture du canal Érié frappe de plein fouet le porte-feuille des hommes d’affaires de Montréal. Il détourne le commerce des Grands Lacs par la rivière Hudson vers le port de New York ouvert toute l’année; celui de Montréal déjà fermé pendant l’hiver, est un cul-de-sac à cause d’un obstacle naturel majeur: les rapides de Lachine. Il faut un canal.

Les Irlandais commencent à creuser le canal en juillet 1821; 13,4 km à creuser à raison de six heures du matin à six heures le soir, deux heures pour les repas, 60 cents par jour. Un millier s’installe à Griffintown près du fleuve et du canal Lachine où poussent rapidement des entrepôts et une douzaine de manufactures toxiques, briqueries, fonderies, tanneries, etc. Griffintown est le premier slum industriel du Canada.

À Montréal, Anglais, Écossais, Irlandais, Canadiens français sont chacun dans leur coin de la ville. Étrangement, dans les maisons des Patriotes comme dans celles des Irlandais catholiques, on trouve le portrait gravé de Daniel O’Connell, leur héros commun.

« Le libérateur»

La famille O’Connell, de petite noblesse gaélique, est une des rares qui a réussi à garder ses terres. Son père a même mis toutes ses propriétés au nom d’un ami protestant. Aussi, Daniel peut étudier en France à l’époque de la Révolution française. Il est aux premières loges pour constater tous les excès des révolutionnaires radicaux. Il en gardera une sainte horreur pour le reste de sa vie.Ballingarry,_1848.

De retour en Irlande, O’Connell se fait rapidement connaître en défendant, lors de procès retentissants, des cultivateurs catholiques contre leurs landlords. Mortel en contre-interrogatoire, il connaît mieux la loi que la majorité des juges et n’a jamais peur de les affronter. Il devient très rapidement un des meilleurs avocats de l’histoire irlandaise. Beau, imposant, une voix de stentor, le don de l’organisation et le sens aigu de son peuple, bref, au vrai sens du mot, le démagogue né.

Placé à ses débuts en face de trois problèmes, régime des terres agricoles, gouvernement autonome, discrimination religieuse, c’est au dernier qu’il s’attaque d’abord.

Depuis longtemps, Londres avait interdit toute assemblée politique autre que le Parlement. En 1823, O’Connell fonde une association pour obtenir l’égalité des droits pour les catholiques. Les Britanniques la suppriment deux ans plus tard. Il la repart sous un autre nom avec des statuts habilement rédigés pour échapper à l’interdiction légale: ce juriste consommé se fait fort de « passer à travers les mailles de n’importe quelle loi anglaise avec un attelage à quatre. » Il fixe les droits d’adhésions le plus bas possible, à la portée des plus pauvres, un sou par mois par famille. L’Église qui est en Irlande une église du peuple contrastant avec l’Église aristocratique d’Italie ou de France lui fournit son dense réseau. Les hommes d’O’Connell recueillent les pennies sur le perron à la sortie de la messe. Le simple fait de collecter et de contribuer soude les militants et les sympathisants et unit tous les catholiques derrière O’Connell. Il invente ainsi le premier parti de masse, 400 000 adhérents, organisé à travers toute l’Irlande et financé par ses membres. Avec l’argent, il aide les pauvres, encourage l’éducation, donne un coup de main à l’Église et fait élire des députés protestants favorables à l’émancipation.

En tant que catholique, il ne peut prêter le serment qui oblige tous les députés à reconnaître que le roi d’Angleterre est le chef de l’Église. Mais l’avocat brillant se dit que rien ne l’empêche de se présenter. Encore faut-il se faire élire! Or, problème majeur, le vote n’est pas secret. C’est pourquoi les résultats des élections sont toujours parfaitement prévisibles. Élections après élections, le landlord signale ses préférences à ses cultivateurs qui ont le droit de vote: un ami landlord, un parent landlord ou lui-même. Le téméraire qui oserait désobéir sera inévitablement expulsé.

C’est le clergé qui leur donne le courage à l’élection de septembre 1828 de voter pour O’Connell, au risque de leur pain, sans égard aux ordres du landlord.

Quand ils apprennent la victoire triomphale d’O’Connell dans le comté de Clare, les Irlandais du Québec jubilent. Les Canadiens français aussi. Ces derniers suivaient depuis quelques années sa trajectoire politique. Le Patriote Ludger Duvernay, éditeur de La Minerve, imprimait le Canadian Spectator de l’irlandais protestant Joselyn Waller. Ils étaient devenus amis et alliés: Duvernay écrivait des articles dénonçant la situation des catholiques en Irlande, Waller celle des Canadiens français ici. Ils avaient été tous les deux arrêtés en 1827, pour avoir diffamé le gouverneur chacun dans son journal. Après la mort de Waller en 1828, le flambeau pro-patriote avait été repris par un autre Irlandais, le docteur Daniel Tracey rédacteur du Irish Vindicator. Il organise aussitôt la société Friends of Ireland pour appuyer O’Connell. Des Canadiens français en deviennent membres. Ils avaient été touchés pas plus tôt dans l’année (février 1828) par un discours d’O’Connell à Dublin durant lequel il avait défendu leurs griefs contre le gouverneur britannique.

Une branche des Friends of Ireland est fondée ensuite à Montréal puis à Trois-Rivières. Chacune -pour avoir plus d’impact- envoie une pétition au roi pour demander l’égalité des droits des catholiques.

O’Connell se rend à Londres et refuse de prêter serment. Nouvelles élections. Démonstrations pacifiques mais menaçantes dans toute l’Irlande. Le Premier ministre Wellington, le vainqueur de Waterloo, ne veut pas risquer une guerre civile. En avril 1829, le Parlement abolit les lois discriminatoires. O’Connell pourra siéger au Parlement. Les Irlandais ont découvert le poids du nombre. Londres aussi. Les Britanniques relèvent peu après le revenu minimal pour avoir le droit de voter ce qui fait plonger le nombre d’électeurs catholiques.

Les Irlandais arrivent toujours

thp-cottage

Durant les années 30, les Irlandais arrivent au rythme de 15 000 par année. En 1830, ils représentent le quart des 32,000 habitants de Québec. «De même une guirlande irlandaise vient festonner de 1830 à 1840 le rebord méridional des Laurentides, (…) fondant à Sainte-Catherine la première paroisse à être organisée dans les Laurentides (1832) occupant de là Saint-Raymond; au-delà du Saint-Maurice des Irlandais s’installent dans Brandon, Kildare, Rawdon, et derrière Saint-Jérôme à Shawbridge. » ( Raoul Blanchard p. 77)

Élu en 1832 à Montréal-Ouest, Tracey est emprisonné pour sédition. Lorsqu’il meurt la même année, victime du choléra, le nouveau champion irlandais des Patriotes est le Dr Edmund O’Callaghan qui a émigré à Québec une dizaine d’années plus tôt avec sa haine des Anglais intacte. Son journal, le Vindicator est rapidement connu pour ses articles enflammés.

Talentueux, intelligent, l’hyper-actif O’Callaghan fait des discours, organise des pétitions, des débats, des manifestations, tout pour influencer le gouverneur du Bas-Canada et le Parlement de Londres afin qu’ils accordent un gouvernement responsable à la colonie.

Edmund O'Callaghan
Edmund O’Callaghan

Au Québec, les Britanniques ne peuvent vraiment compter que sur les catholiques et les protestants de la Saint Patrick’s Society of Montréal (17 mars 1834), fondée justement pour contrer l’influence des Patriotes chez les Irlandais. Ses membres se démènent pour faire pencher les nouveaux immigrants du côté britannique; à chaque 17 mars, ils défilent en grand apparat et proclament leur loyauté envers la Couronne.

Lors des élections de fin 1834 les Patriotes emportent 77 des 88 sièges; nouveau député de Yamaska, O’Callaghan devient le bras droit de Louis-Joseph Papineau. Les liens se multiplient entre Patriotes et Irlandais. Ces derniers ne peuvent qu’applaudir les discours anti-Britanniques et certains, comme O’Callaghan, sont membres de la Société Saint-Jean-Baptiste. De leur côté, les Patriotes ajoutent une bande verte à leur drapeau pour représenter les Irlandais et la Banque Viger-De Witt, La Banque du Peuple, émet des billets de deux dollars ornés du portrait d’O’Connell. Lorsque les Patriotes rédigent leurs 92 résolutions pour le Parlement britannique, la dixième résolution se lit comme suit:

« Résolu, – Que c’est l’opinion de ce comité, que cette Chambre (….) et qu’elle prie nommément les dits Daniel O’Connell et Joseph Hume, (….) de travailler à l’amélioration des lois et de la constitution de cette province, en la manière demandée par le peuple. »

Mais au printemps 1837, le gouverneur refuse les demandes des Patriotes. Ceux-ci se radicalisent; les assemblées se multiplient, le ton monte, Papineau soulève les foules avec ses discours belliqueux. Quelques milliers de Canadiens français se préparent à affronter la première puissance militaire du globe. Les Irlandais décrochent d’autant plus que des prêtres irlandais influents, McMahon à Québec, Whelan à Montréal, les exhortent à ne pas s’en mêler.

Une quarantaine d’Irlandais seulement dont un petit groupe de St-Colomban va prendre les armes. Lord Durham écrira: « Les prêtres ont une influence quasi illimitée sur les Irlandais de basse classe; et on dit que cette influence a été vigoureusement exercée l’hiver dernier, quand elle était particulièrement nécessaire, pour assurer la loyauté d’une partie des Irlandais pendant les troubles. »

En Irlande, O’Connell ne fait pas l’erreur de Papineau. Il a cessé de pratiquer le droit pour se lancer dans une nouvelle campagne: la fin de l’Union et le retour du Parlement à Dublin, bref l’ autonomie de l’Irlande. Appuyé par sa formidable machine politique, il défie le gouvernement mais de façon calculée, sachant que celui-ci n’attend qu’un faux pas pour l’accuser de rébellion; il énerve Londres avec ses manifestations toujours menaçantes et rigoureusement pacifiques.

Il sait, du haut d’une estrade, haranguer la foule, la chauffer à blanc, ce qui effarouche Londres, puis demander aux milliers de personnes accrochées à ses lèvres de retourner paisiblement chez eux. Ils obéissent, ce qui effarouche Londres encore plus. Parnell, au grand dam de ses disciples plus jeunes, ne veut pas recourir à la violence; il est pour la constitution; un prof a comparé ce grand héros de la résistance passive irlandaise à Martin Luther King.

La reculade de Clontarf

En 1843, O’Connell tient plus de trente meetings gigantesques rassemblant chacun au moins 100 000 personnes. Il veut susciter un puissant élan qui forcera la main du gouvernement. Le 8 octobre, il est prêt. Les Britanniques aussi.

Plus d’un quart de million d’Irlandais converge vers les plaines de Clontarf en banlieue de Dublin, un lieu sacré où leurs ancêtres avaient jadis vaincu les Vikings. On bâtit l’estrade du haut de laquelle O’Connell prendra la parole. Les protestants font des pieds et des mains pour qu’on interdise le meeting. Wellington cède, interdit à O’Connell de parler, amène de l’artillerie, fait débarquer des troupes en Irlande.

apxO’Connell retourne chez lui sans haranguer la foule. « Le sang humain n’est pas un ciment pour le temple de la liberté.» Au désarroi de ses jeunes partisans qui l’accusent d’être plus démocratique que Londres et de faire rater ainsi au peuple irlandais son rendez-vous le plus significatif avec l’histoire.

Mais Parnell sait qu’il a épargné aux siens un bain de sang, et encore, inutile. Mais l’élan est brisé, sa popularité baisse.

Il part alors réaliser un vieux rêve, un pèlerinage à Rome. Le 22 mars 1845, O’Connell est près d’Hastings; de l’autre côté de La Manche, la côte française est à peine visible. C’est dans cette région que, durant l’été, un champignon microscopique saute de la France aux îles britanniques. On l’appelle le Phytophtora infestans (phytophthora:destructeur de plantes, infestans: infectueux).

C’est un parasite qui adore les tomates et les pommes de terre. Le vent ou l’eau propage ses spores. Il frappe bien au Pérou mais depuis l’arrivée des Espagnols, très peu de navires américains ou européens sont allés dans ce pays qui essentiellement ne produit que des pommes de terre. Pendant des siècles, le Phytophtora infestans est resté confiné entre les Andes et l’océan Pacifique.

L’agriculture moderne qui décolle au début du XIX siècle a un besoin énorme de

Les îles Ballestas
Les îles Ballestas

fertilisants. Vers 1840, on parle de plus en plus dans les milieux agricoles des petites îles Ballestas et Chincha tout près du Pérou. Rien n’y pousse et on dit qu’elles dégagent une telle puanteur qu’il est difficile de s’en approcher. Leur seule particularité est d’attirer les oiseaux de mer. Pendant des millénaires, les oiseaux y ont fait leurs petits besoins, qu’on appelle pudiquement le guano, un fertilisant extraordinaire. Les Péruviens l’utilisent pour faire pousser leurs nombreuses variétés de pommes de terre. Ces îles sont recouvertes de guano, parfois accumulé jusqu’à 30 mètres. De l’Amérique du Nord, de l’Europe, c’est la ruée.

On n’en aura jamais la preuve, mais les scientifiques croient que des navires transportant le guano et le Phytophtorainfestans ont accosté à Anvers en 1845. Cet été-là, il apparaît pour la première fois à Courtrai près de la frontière française. Les premiers symptômes, des taches noires ou brunes qui apparaissent sur les feuilles et les tiges, sont visibles après cinq jours. À ce moment, sous terre, la patate est déjà attaquée et le plant condamné.

Une colonie agricole

L’Irlande est une colonie agricole; au sommet de la pyramide, entre 8000 et 10 000 landlords (20% ne mettent jamais les pied en Irlande) possèdent 93% des terres.

Des intendants gèrent leurs immenses domaines; ils en louent les terres à des cultivateurs irlandais moyennant un loyer payé en blé ou en orge. Les cultivateurs plantent des patates sur ce qui reste de terres. En général, le cultivateur n’a pas de bail. Le landlord peut augmenter le loyer un peu, beaucoup, pas du tout ou tout simplement expulser le cultivateur quand il le veut bien. Les chanceux, ceux qui ont un bail, sont protégés jusqu’à son échéance. Et ils doivent évaluer soigneusement toute rénovation; réparer un mur, le blanchir, construire une clôture pour les cochons etc., les murs ( draining meadows, planter des abres fruitiers, construire des outbuildings) est dangereux. La terre valant désormais plus, le landlord peut augmenter le loyer. En bas de l’échelle, un million de travailleurs agricoles sans terre qui chôment la moitié de l’année. Le Landlord les paie en leur laissant un lopin de terre sur lequel ils font pousser des patates.

Entre 1745 et 1800 la population avait doublé, de 2 millions et demi à cinq millions. À cause des guerres avec la France, l’économie avait été capable d’absorber le boom démographique. Depuis la défaite de Napoléon en 1815, ce n’est plus le cas. Or, en 1845, la population de l’Irlande a atteint 8.5 millions, une des plus fortes densités en Europe, 270 habitants au kilomètre carré.

Déja les fermes avaient été divisées et louées par les landlords ou leurs intendants. Mais à partir des années 1840, le manque de terres pousse les cultivateurs eux-mêmes ( souvent contre le gré du landlord) à sous-louer des parcelles à leurs familles, à d’autres cultivateurs, qui eux-mêmes, etc. Là où une parcelle de terre faisait vivre une famille, il y en a maintenant une vingtaine qui tente de vivoter. En conséquence, le grand domaine est composé de centaines de parcelles, certaines pas plus grandes qu’un jardin. En 1846, un landlord qui croyait avoir 60 locataires avait découvert qu’ils étaient en fait 600!

« Les conditions de logement étaient pitoyables au-delà de toute expression. Le recensement de 1841 distinguait quatre classes de « maisons» dont la dernière consistait en masures de terre, d’une seule pièce, sans fenêtres. Or, selon les commissaires du recensement, près de la moitié de la population rurale vivait dans de pareilles chaumières. (…) Le mobilier était un luxe; les 9 000 habitants de Tullahobagly, dans le comté de Donegal, n’avaient en 1837 que 10 lits, 93 chaises et 243 escabeaux. Les cochons couchaient avec les gens, des tas de fumier obstruaient les portes, quelquefois même il y en avait à l’intérieur; lorsque les gens étaient expulsés et sans travail, ils mettaient des toits de fortune sur des fossés et les trous des tourbières.» (Cecil Woodham-Smith, La grande famine d’Irlande, Plon, P. 12 )

Travailleur agricole
Travailleur agricole

Des patates à chaque repas

Les Irlandais dépendent d’une seule culture, la pomme de terre introduite en Europe à partir du Pérou à l’époque des explorateurs espagnols. Trois millions de petits cultivateurs lui doivent l’essentiel de leur subsistance. Plus de 1,5 million d’ouvriers agricoles n’ont pas d’autre ressource pour nourrir leurs familles.

La très prolifique Lumper
La très prolifique Lumper

La pomme de terre apporte un bon équilibre alimentaire; elle contient assez d’amidon, de protéines, de vitamine C etc. pour une diète saine quand elles sont mangées avec un peu de protéines, lait ou beurre, poisson. À partir de 1841, le poisson disparaît, puis le lait; la vache est remplacée par le cochon qu’on nourrit d’épluchures et qu’on vend pour payer le loyer. Mais il reste la patate. Un acre de patates donne six tonnes de nourriture, assez pour nourrir une famille de six personnes pour une année. Les cultivateurs en consomment jusqu’à 6.3 kilos par jour, les femmes et les enfants de plus de dix ans quelque 5 kilos et les plus jeunes 2.3 kilos.

On plante les patates au printemps; on a faim durant l’été si on n’a pas trouvé de travail, ce qui est généralement le cas, on récolte en automne. On essaie de survivre pendant l’hiver, la pomme de terre se conservant mal d’une saison à l’autre et le cycle reprend au printemps… Même durant les années de bonnes récoltes, comme en 1844, l’Irlandais mange rarement à sa faim. Son sort dépend de la température, du propriétaire et du hasard. La situation est particulièrement dramatique dans les comtés déshérités de la côte atlantique, les plus surpeuplés.

Rien ne peut la remplacer. Aucune denrée n’est aussi bon marché, aucune autre culture ne peut lui être substituée.

L’Irlande à ce moment, explique le grand historien de la famine Cecil Woodham-Smith :« n’était encore ni assimilée ni soumise. Le pays avait été conquis, non pas une, mais plusieurs fois; la terre avait été confisquée et distribuée à plusieurs reprises, la population avait été amenée presque à extinction (..) mais il existait toujours une nation irlandaise, distincte et hostile.» (Cecil Woodham-Smith, La grande famine d’Irlande, Plon, P.7)

Elle va subir le pire coup dur de son histoire.

An Gorta Mor – La grande famine

Grosse Île en 1832La ferme de Pierre Duplain sur la Grosse Île avant l'établissement de la station de quarantaine en 1832
Grosse Île en 1832
La ferme de Pierre Duplain sur la Grosse Île avant l’établissement de la station de quarantaine en 1832

Grosse Île est une petite île. Sept cent cinquante mètres de long, autant de large, on en ferait le tour en moins d’une heure. L’île entière est un cimetière, six mille Irlandais y sont enterrés. Ici, à 48 kilomètres de Québec, face à Montmagny, s’est terminée une des grandes tragédies de l’histoire.

Jusqu’en 1832, Grosse Île est à peu près inconnue. Cette année-là, une épidémie de choléra asiatique fait des ravages en Europe, et menace d’être « importée» au Canada par les immigrants européens, surtout irlandais. Le gouvernement construit alors à Grosse Île une station de quarantaine. L’île est occupée par l’armée qui y installe des canons pour arraisonner les bateaux et quelques tentes pour soigner les immigrants malades, isoler les plus atteints pendant quarante jours si nécessaire, avant de les laisser poursuivre leur voyage vers Québec et Montréal.

Des chaloupes mènent les médecins aux navires ancrés au large dans le secteur ouest de Grosse-Île, 1832
Des chaloupes mènent les médecins aux navires ancrés au large dans le secteur ouest de Grosse-Île, 1832

Plus de cinquante mille immigrants d’Angleterre et d’Irlande sont examinés au cours des deux années qui suivent, puis le silence retombe sur Grosse Île. Silence qui n’est même pas troublé, dix ans plus tard, lorsque circulent les rumeurs d’une maladie de la pomme de terre sur la côte est des États-Unis. La culture de la pomme de terre est marginale au Québec et on ne s’inquiète pas. En Irlande non plus.

669
La découverte des champignons

On espère quand même que, dans le sol, la patate est préservée. On ne réalise l’ampleur des dégâts qu’au moment où l’on sort les pommes de terre des trous où on les a entreposées apparemment saines. Les pommes de terre sont pourries et empoisonnent ceux qui les mangent.

En deux mois, le champignon a contaminé la moitié peut-être les trois quarts de la récolte d’octobre-novembre.

Le Premier ministre Peel fait acheter de la nourriture, la distribue, et lance des programmes de travaux publics. Scandale! En Angleterre, les pieux sont persuadés que la famine est un châtiment de Dieu pour punir les catholiques. D’autres encore, tout aussi pieux, croient que Dieu s’occupe de régler la surpopulation de l’Irlande.

Les Irlandais se serrent la ceinture d’un cran supplémentaire en espérant qu’avec l’hiver qui s’en vient le gouvernement va finir par céder. Entretemps, les propriétaires exigent leur loyer comme à l’accoutumée, la récolte de blé et d’orge étant terminée.

Le fermier est obligé de payer le loyer, donc de donner sa récolte de blé ou d’orge au landlord, sinon c’est l’expulsion pour lui et sa famille. Ils sont quatre millions à avoir faim pendant que le blé du loyer quitte l’Irlande sous escorte militaire pour être vendu en Angleterre. Un village de 300 habitants qui n’avait pu payer est purement et simplement rasé et les habitants chassés du domaine.

Les exportations de nourriture protégées par l'armée
Les exportations de nourriture protégées par l’armée

Au printemps 1846, la population affaiblie n’a plus un sou. Le gouvernement organise des travaux publics mais c’est insuffisant. On quête, on vit de soupes populaires et d’un peu de maïs que le gouvernement s’est décidé à acheter aux Américains. On sème de nouveau mais un tiers de moins que l’année dernière. Mai et juin sont bons; quelques champs sont très contaminés mais on reste optimiste.

Peel est remplacé par des idéologues purs et durs, champions de la libre entreprise: l’État ne doit pas se mêler du marché qui n’est rien d’autre que le reflet de la volonté de Dieu. Donc pas question de subventionner la misère. Acheter de la nourriture en grande quantité pour la revendre en Irlande, ferait baisser les prix et donc nuirait aux commerçants. Dès la première semaine d’août la récolte de pommes de terre est perdue au grand complet. Le « Times» de Londres, qu’on peut difficilement soupçonner de sympathie pour les Irlandais, titre le 2 septembre « ANNIHILATION TOTALE». Les premiers morts de la famine sont signalés à Skibbereen.

Bridget O'donnel
Bridget O’donnel

Le blé quitte encore une fois l’Irlande. Des dizaines de milliers d’Irlandais n’ont plus rien et enragent d’impuissance pendant que leurs enfants meurent de faim. Ils vendent ce qu’ils ont sur le dos pour acheter le peu de nourriture disponible. Des bandes d’hommes rôdent dans la campagne. On y meurt par villages entiers. À Caislean Bharraigh (Castlebar) dans l’ouest de l’île, «people lay in the streets with green froth at their mouths from eating soft grass.»

Le 12 novembre, quinze centimètres de neige recouvrent le sol. L’hiver 1846 sera le plus dur depuis le début du siècle; le froid s’ajoute à la famine. Puis des médecins avertissent le gouvernement: une telle catastrophe ne peut que déclencher une épidémie. Ce sera, entre autres, le typhus, transmis par les poux mais aussi par ses excréments qui sèchent en fine poussière. Soulevée par le vent, elle peut entrer dans le corps via des abrasions à la peau, les yeux, ou simplement avalée.« Se nourrissant l’un l’autre, la fièvre, la dysenterie, le scorbut, la faim, se fondent ensemble et jettent l’Irlande dans une catastrophe bio-médicale. » (P. 227, «The Graves are Walking, The Great Famine and the Saga of the Irish People», John Kelly, Henru Holt and Compay, New York.)

Au début de 1847, le gouvernement annonce que les soupes populaires vont fermer en août 1847. C’est la mort assurée. Il faut à tout prix fuir l’Irlande.

Veuve pendant la famine
Veuve pendant la famine
A starving Irish family from Carraroe, County Galway, during the Famine.Source: National Library of Ireland.
A starving Irish family from Carraroe, County Galway, during the Famine.
Source: National Library of Ireland.

Des charniers flottants

Ejection
« The Day After the Ejectment,» 1849. A mother and infant child sit huddled in a temporary shelter behind the figure of the father and son.

Le prix du voyage Irlande-Québec est de trois livres sterling, souvent payées par la famille déjà en Amérique, par le gouvernement ou les landlords désireux de se débarrasser de leurs locataires. Mais, il faut le dire à leur louange, nombre de propriétaires firent tout leur devoir et hypothéquèrent leurs terres pour essayer de les aider.

Les Irlandais aimeraient mieux aller aux États-Unis, mais les Américains sont peu intéressés à recevoir des immigrants sans le sou et porteurs de typhus. On mobilise tout ce qui flotte et peut encore porter le nom de navire. On ajoute des banquettes de bois pour y installer les émigrants. Dans trois mois ils seront à Québec. Le taux de mortalité sur les navires oscille autour de 15-18%.

Pendant ce temps, au Canada, des officiels s’inquiètent. Le docteur Douglas, responsable de Grosse Île, avertit les autorités que selon ses informations 10,600 Irlandais se sont embarqués pour le Canada depuis le 19 avril. Les Britanniques n’avaient pas jugé bon d’avertir les Canadiens de l’ampleur des départs… Deux cents lits seulement sont disponibles à Grosse Île et on ignore tout de l’épidémie de typhus.

Le 14 mai 1847, le Saint-Laurent est encore recouvert de trois centimètres de glace lorsque le premier navire accoste à Grosse Île pour y subir la quarantaine. Sur les 241 passagers du « Syria», 202 passagers sont malades; 65 doivent être débarqués pour isolation. La petite Ellen Keane, quatre ans, trois mois, est admise à la quarantaine le 15 et meurt de fièvres la même journée. C’est la première victime.

Des familles sont désunies, des enfants se retrouvent seuls sur Grosse Île pendant que leurs parents sont autorisés à continuer sur Québec ou Montréal. La moitié des lits de Grosse Île sont déjà occupés et ce n’est que le premier bateau.

699
L’année tragique de 1847 à la Grosse-Île
L'intérieur d'une cabine pour les immigrants
L’intérieur d’une cabine pour les immigrants

Le cimetière des Irlandais

Quelques jours après, huit bateaux arrivent, avec 430 malades à bord. C’est la panique. Manque de personnel, plus un lit de disponible à l’hôpital, pas de médicaments. D’ailleurs on ne sait pas comment soigner le typhus. On connaît seulement le rôle qu’y jouent la saleté et la famine. Les malades sont logés dans des tentes, le long de la grève, un peu partout. L’eau potable commence à manquer car les abords de Grosse Île sont souillés par les déchets des bateaux qui attendent, ainsi que par la paille infectée et les cadavres jetés par-dessus bord.

p_279-02
Le typhus, par Théophile Hamel, 1848.

À bord, on doit subir la faim et la soif deux ou trois jours sur des bateaux infestés avant la visite du docteur. Celui-ci ne peut consacrer plus de cinq minutes à chaque bateau, se contentant de faire une évaluation. Quelques jours plus tard, des hommes viennent enlever les cadavres des cales au moyen de crochets. La peur de la contagion est telle qu’on doit payer jusqu’à cinq dollars par cadavre enlevé.

Ceux-ci sont enterrés précipitamment sur l’île, souvent à moins de 30 centimètres de profondeur. Les rats des navires se mettent de la partie et on constate avec horreur qu’ils grugent le sol pour aller manger les cadavres. Devant les dangers de la peste, les autorités de la quarantaine font transporter des tonnes de sable pour recouvrir les corps.

En juillet, le thermomètre grimpe à 37 degrés Celsius et l’eau potable se fait encore plus rare. Deux mille malades sont sur l’île. Des médecins et des prêtres meurent, on vide la prison des femmes de Québec et les détenues deviennent infirmières. De grands hangars sont construits, mais les malades y sont cordés sur trois rangs en hauteur et l’un d’eux peut attendre des jours avant qu’on n’enlève le mort qui couche au-dessus.

Au milieu de juillet, l’idée d’une quarantaine efficace est abandonnée. Il est physiquement impossible d’appliquer les règlements d’isolation. Le docteur se contente de monter à bord des navires pour faire défiler ceux qui peuvent marcher. L’inspection est évidemment inefficace et la maladie se transmet à Québec, puis à Montréal.

Wagon

Dès juin, la supérieure des Soeurs Grises a convoqué ses religieuses, leur a expliqué la situation et demandé des volontaires en précisant qu’elle va les envoyer à la mort. Toutes ont accepté. À la fin du mois, trente des quarante religieuses sont malades. Sept meurent peu après. Elles sont remplacées par les Soeurs de la Providence. Ce n’est pas suffisant; les soeurs cloîtrées de l’Hôtel-Dieu obtiennent la permission exceptionnelle de sortir de sortir pour aider les malades. Les prêtres sont bénévoles; les anglophones doivent se pencher très près des mourants pour entendre leurs confessions. Ils succombent à leur tour; on fait venir des Jésuites de New York.

Il y a six cents orphelins sur Grosse Île. À la grande messe du dimanche, à la cathédrale de Québec, les paroissiens voient des enfants mal habillés, qui occupent les premiers bancs. L’évêque Joseph Signay annonce aux paroissiens que tous les enfants doivent être adoptés avant d’ouvrir les portes de l’église. Ils le sont. Les curés de la région de Québec font leur prêche avec un orphelin sous le bras, demandant aux Canadiens français de les adopter. En moins de deux semaines, tous les orphelins ont trouvé un foyer, certains aussi loin qu’à Rimouski. À Montréal, Mgr Bourget place aussi les orphelins dans des familles canadiennes-françaises. L’hécatombe continue: trois mille morts à Pointe-Saint-Charles, des milliers d’autres à Grosse Île.

Un million d’Irlandais meurt de faim ou de maladie pendant la grande famine. Un million a réussi à fuir; cent mille sont venus au Canada. 12 000 morts en chemin. Lorsque la quarantaine ferme pour l’hiver en octobre 1847, 5 500 corps sont enterrés sur Grosse Île, 6 000 à Pointe-Saint-Charles.

Si l’Europe tout entière est touchée, l’Irlande, le pays le plus pauvre, est exsangue, les deux genoux à terre. Dans les années qui vont suivre la grande famine, un autre million d’Irlandais fuit le pays poussé par les landlords; car le gouvernement rend maintenant les lanflords responsables des coûts d’entretien de leurs locataires. Les landlords les expulsent.

Éviction
Éviction
A homeless woman who has been evicted from her cottage.Lawrence Collection, National Library of Ireland.
A homeless woman who has been evicted from her cottage.
Lawrence Collection, National Library of Ireland.
Hut
« Scalpeen of Tim Downs at Dunmore, » from the London Illustrated News, 1849.

C’est à ce moment que des intellos complètement déconnectés décident de se révolter.

Lorsque Paris se soulève contre la monarchie en 1848, plusieurs intellos européens ex-contestataires d’O’Connell, rêvent de les imiter pour renverser leurs rois ou une puissance étrangère (Italiens, Irlandais). Des Irlandais qui étaient sur place en reviennent avec des convictions, un enthousiasme débridé et un nouveau drapeau inspiré du tricolore français, vert,( les catholiques) orange ( les protestants) et blanc (neutre), aujourd’hui le drapeau national. Aussitôt mis au courant que des jeunes connus sous le nom de Young Ireland, complotent pour unir les landlords et les cultivateurs contre la domination britannique, Londres suspend aussitôt l’habeas corpus; il peut emprisonner sans procès qui il veut, aussi longtemps qu’il le veut. Les apprentis révolutionnaires ont le dos au mur. Résister ou laisser tomber. Le 22 juillet, ils se révoltent.

La bataille du carré de choux de la veuve McCormack

Mauvaise décision: les landlords ne sont pas du tout convaincus, les cultivateurs souffrent encore de la famine et ont d’autres priorités que d’affronter l’armée britannique. Finalement, 118 hommes, dont 38 avec des fusils et des fourches, les autres avec des pierres, attaquent un détachement de police près du village de Ballingarry. Deux morts. C’est ce qu’on appellera, le sourire en coin, « The Battle of widow McCormack’s cabbage patch ». Pour éviter de transformer les responsables en martyrs, le gouvernement les déporte en Tasmanie. Ceux qui ont échappé aux Britanniques se sauvent à l’étranger, surtout en Amérique, et rejoignent les centaines de milliers d’Irlandais qui ont fui la famine et découvert le racisme américain.

Les Irlandais aux États-Unis

Avec leur lourd héritage protestant, sinon puritain, les Américains ont toujours été hostiles aux Catholiques. Lorsque les Irlandais ont construit leur première église à New York en 1815, ils ont soigneusement séparé Old St.Patrick de la rue par un mur de briques de 10 pieds pour éviter les torches et autres missiles variés. Les Américains les moins raisonnables sont toujours prêts à croire n’importe quoi sur l’Église catholique. Ils ont cru la Montréalaise Maria Monk qui vers 1830, racontait les turpitudes sexuelles des religieuses dans les couvents qu’elle aurait fréquentés, avec passages secrets pour les liaisons avec les prêtres et cimetières clandestins pour les enfants nés de ces amours monstrueuses. Du grand délire. Succès monstre.

Émeutes de Philadelphie en 1844
Émeutes de Philadelphie en 1844

En 1834 des anti-catholiques avaient brûlé un couvent à Charleston (Mass.); dix ans plus tard ils se s’étaient déchaînés à Philadelphie pendant trois jours, détruisant de nombreuses maisons catholiques et incendiant des édifices religieux. Quelques jours plus tard, l’archevêque de New York célèbre pour avoir dit que dans son pays natal, les seuls moments de liberté dont il a profité ont été les cinq jours entre sa naissance et son baptême, va visiter le maire anti-catholique de New York. Ce n’est pas par courtoisie. Il le prévient que si une seule église de son diocèse est brûlée, il va faire en sorte que les catholiques fassent de New York «un second Moscou». Référence aux Russes qui avaient brûlé Moscou plutôt que de laisser la ville tomber dans les mains de Napoléon. La paix est revenue, mais ce n’est pas l’amour tendre entre catholiques et protestants.

Même les Américains les plus pacifiques se demandent comment les catholiques peuvent-ils être de loyaux Américains alors qu’ils prennent leurs ordres directement de Rome? Avec des papes comme Grégoire XVI qui a interdit l’éclairage au gaz, les ponts suspendus, les télégraphes et les chemins de fer, ou son successeur Pie IX qui s’oppose à deux vaches sacrées américaines, la liberté de la presse et la séparation de l’Église et de l’État, les Américains les plus raisonnables croient que le catholicisme est incompatible avec leur jeune démocratie.

Les évêques américains expliquent sur toutes les tribunes qu’ils sont entièrement, totalement d’accord avec la Constitution du pays, et qu’ils acceptent la séparation de l’Église et d’un État dont ils ne réclament aucun privilège. Ces déclarations inquiètent le Vatican et rassurent peu les Américains. D’autant moins que les catholiques arrivent de partout. D’abord du sud.

Lorsque les États-Unis annexent le Nouveau-Mexique en 1846, ils héritent aussi de la population entièrement catholique. Puis les émigrés allemands et Canadiens-français commencent à arriver. Ce n’est qu’une vaguelette comparée au tsunami d’Irlandais qui déferle ensuite sur la côte Est. Deux millions entre 1840 et 1860; 848 000 à New York seulement entre 1847 et 1851, le tiers de la métropole.

Les Américains se sentent envahis par ces Irlandais débarqués directement de la campagne la plus creuse, ne parlant souvent que le gaélique, et qui vivent en vase clos dans leurs paroisses catholiques, avec leurs codes, leurs sociétés d’entraide, leurs journaux, leurs églises, leurs gangs. Les Protestants serrent les rangs.

Intérieur d'un logement irlandais vers 1850 à New York
Intérieur d’un logement irlandais vers 1850 à New York

En se promenant dans les rues de Boston dans les années 1850 le futur journaliste Patrick Ford remarque des affiches » NO IRISH NEED APPLY .» Un autre journaliste, Thomas D’Arcy McGee, un ancien des Young Ireland, souhaitait en 1849 que le Canada rejoigne les États-Unis. Il perd rapidement ses illusions et dénonce dans ses articles l’hostilité des Américains. Dans leurs taudis immondes ravagés par le choléra et la tuberculose les Irlandais se consolent parce que c’est quand même mieux qu’en Irlande. Mais c’est encore beaucoup mieux dans la colonie britannique de Québec comme le constate le jeune D’Arcy McGee, lorsqu’il est invité en 1856 par des leaders irlandais à venir parler à Montréal.

Pas au niveau économique; la pauvreté des Irlandais est la même, surtout à Griffintown, où ils s’entassent dans des maisons de fortune. Pas de toilettes, pas d’égoût et des salaires de misère. En prime, les inondations du fleuve et des incendies réguliers.

Griffintown 1859
Griffintown 1859

Pas trop de chicanes avec les Canadiens français; des accrochages sur les chantiers de construction des canaux et des affrontements plus sérieux entre bûcherons dans l’Outaouais, «la guerre des Shiners» pendant laquelle va s’illustrer Jos Monferrand. Mais les deux groupes sont catholiques et, comme disait un Irlandais: «On se bat avec les Canadiens français mais on marie leurs filles.» De plus, si au Québec les ennemis héréditaires protestants contrôlent l’économie comme en Irlande ils sont une toute petite minorité; il est dangereux de provoquer les catholiques irlandais comme le constate le prêtre italien défroqué Gavazzi.

Le prêtre défroqué Gavazzi

clip_image002_038-1

C’est vraiment chercher le trouble: inviter, en 1853, à Québec, un prêtre défroqué notoire pour ses discours contre les catholiques! Sa conférence, en soutane, à l’église protestante Chalmer’s, se solde par une mêlée générale entre 1000 protestants et 600 Irlandais. La troupe a dû intervenir. Prochaine étape, l’église protestante Zion au Carré Victoria, à deux pas de Griffintown. Le soir du 9 juin, des milliers d’ Irlandais cernent l’église sous l’oeil plus qu’inquiet de la police de Montréal. À l’intérieur, sous les applaudissements des protestants, Gavazzi traite les Irlandais « d’ignorants, de personnages grossiers et d’abrutis». La bagarre éclate, tellement violente que la troupe est appelée et tire sur la foule. On compte quinze morts et une quarantaine de blessés graves. L’année suivante, c’est l’affaire Corrigan, un cultivateur protestant dans la région de Saint-Sylvestre a été tué par une bande d’Irlando-catholiques. Impossible de faire parler un seul catholique. La première parade de la Saint-Patrick en 1823 avait regroupé catholiques et protestants. C’est bien fini. En 1856, les derniers protestants sont expulsés de la Société Saint Patrick. Mais la presse anglophone dans son bastion de Montréal attaque régulièrement les Irlandais.

Mais comment la combattre? Impressionnés par la première visite de D’Arcy McGee en 1856, on l’invite, 30 ans, à fonder un journal à Montréal.On lui offre l’appui du clergé, des Irlandais et un coup de pouce s’il veut se lancer en politique. Il a 30 ans, pas d’avenir aux États-Unis, il accepte. Bientôt, les Irlandais lisent avec plaisir dans le New Era sesarticles contre les Britanniques et pour l’indépendance du Canada. En 1858, il est élu député de Montréal-Ouest. Un an plus tard, deux de ses ex-camarades du Young Ireland fondent un mouvement révolutionnaire international. Il va devenir leur ennemi juré.

Deux jeunes Irlandais à Paris

Après l’humiliante bataille du carré de choux en 1848, John O’Mahoney et James Stephens, avaient réussi à se rendre en France. Pendant des mois, ils végètent dans une minuscule chambre parisienne particulièrement minable: deux tabourets, de la paille pour dormir. Pourtant ces deux paumés vont faire revivre le nationalisme armé, l’un en Irlande, l’autre aux États-Unis.

O’Mahoney part pour New York. Stephens retourne à Dublin. Il veut jauger l’état d’esprit de ses anciens camarades intellectuels du Young Ireland. Décourageant! « The ardour of Young Ireland had evaporated as if it had never existed.»

Mais il a un doute: que pensent les autres Irlandais, ceux qu’on ne voit jamais à Dublin, encore moins dans les milieux intellectuels? Avant de retourner définitivement en France, il décide de faire le tour de l’île pour jauger l’opinion. Un an et 3 000 milles à pied plus tard, il est convaincu: on peut organiser « a proprer movement for the independence of my native land.»

De retour à Dublin, une lettre de New York l’attend. Son vieux copain John O’Mahoney a retrouvé des anciens du Young Ireland qui croient toujours à l’indépendance. Les deux hommes, l’un à Dublin, l’autre à New York fondent chacun de leur côté une société secrète dont les membres sont rapidement surnommés « les Féniens« nom légendaire d’un groupe de chevaliers errants au service des rois irlandais, un peu comme les chevaliers de la Table ronde. Les Féniens veulent unir tous les Irlandais qui rêvent de revanche où qu’ils soient, en Irlande, en Australie, aux États-Unis et au Québec.

Terreau fertile, les Irlandais de la diaspora se sentent moins immigrés qu’en exil. La Grande Famine les a traumatisés et créé entre eux et ceux qui sont restés en Irlande des liens irréductibles. Parmi ces liens la haine profonde de l’Angleterre. Jusqu’alors, les mouvements Irlandais Unis ou Young Ireland envisageaient la violence en dernier recours. Les Féniens veulent la lutte armée tout de suite.

Assurés d’une base de repli aux États-Unis, ils déclarent pratiquement la guerre à l’Empire britannique, la plus grande puissance militaire depuis Rome.

Désormais la Grande-Bretagne ne peut plus agir en Irlande sans tenir compte des conséquences sur l’opinion publique américaine. Mais elle peut compter sur l’Église.

La montée des Féniens

Les Féniens ont tout pour crisper le Vatican; ils font partie d’une société secrète, la bête noire de l’Église et ils veulent une lutte armée. Or, depuis la Révolution française et l’emprisonnement du pape, tout ce qui ressemble, de près ou de loin, à une Révolution fait horreur au Vatican et donc à la très obéissante Église irlandaise. En plus, les Féniens qui ont comme principe «No Priests in politics» sont prêts à défier ouvertement l’Église irlandaise. Ils le font avec éclat lors du décès de Terence McManus.

McManus avait été déporté en Australie après la rébellion des Young Ireland; les Féniens avaient envoyé un commando le libérer et le ramener aux États-Unis. Cet exploit a fait le tour du monde irlandais. Lorsqu’il meurt à San Francisco, les Féniens décident d’envoyer sa dépouille en Irlande malgré l’opposition de l’archevêque de Dublin, Paul Cullen. Les Féniens trouvent un prêtre nationaliste qui préside aux funérailles et le 10 novembre 1861, 20 000 Irlandais, dont plusieurs vétérans de la rébellion de 1848, y assistent, prouvant ainsi où est le coeur de l’Irlande. Quelques mois plus tôt la guerre de Sécession a éclaté; les Irlandais se lancent dans la bagarre des deux côtés. On ne pourra pas les accuser d’être moins patriotes que les autres Américains.

L’Irish Brigade
L’Irish Brigade

140 000 se battront dans les armées du Nord, 40 000 dans celles du Sud. Des cellules de Féniens s’activaient déjà dans toutes les grandes villes américaines; il y en a maintenant dans toutes les armées; ils savent que l’expérience des champs de bataille sera essentielle quand ils retourneront en Irlande se battre contre les Britanniques. Ceux-ci soutiennent le Sud, leur principal fournisseur de coton. À son tour, Washington encourage les Irlandais à former leurs propres régiments, avec le drapeau fénien. O’Mahoney lui-même est colonel du 99e régiment de New York. En novembre 1863, Washington permet, en en pleine guerre, aux officiers irlandais d’assister à une convention des Féniens à Chicago.

Avant la guerre, les Irlandais étaient perçus comme étrangers, catholiques, tribaux; maintenant ils sont Américains. « Ils se sont battus pour préserver l’Union, ils en font maintenant partie. »(Leonard Patrick O’connor WibberleyThe Coming Of The Green, American Heritage, août 1958.)

Rafle en Irlande

À la fin de la guerre de Sécession, pendant que Washington regarde ailleurs, les Féniens disposent de dix mille soldats entraînés et bien armés grâce à leurs contacts dans l’armée. À New York, le drapeau fénien flotte au-dessus de Tammany Hall, le Q.G. du parti démocrate. Il flotte aussi tout près, au Moffat House leur quartier général d’où partent des représentants pour rencontrer à Washington les ambassadeurs des grandes puissances hostiles à la Grande-Bretagne comme la Russie. Ils attendent le signal de James Stephens le maître d’oeuvre du soulèvement en Irlande pour envoyer de l’argent, des armes et des vétérans à travers l’Atlantique, prendre contact avec les 65 000 Féniens locaux et les aider à s’emparer de l’île. Mais Stephens inquiète les Féniens; ce boss d’une société secrète avait fondé un journal «The Irish People, en 1863, avec, sous le titre «65 sera l’année de l’action». Pas vraiment indiqué pour un mouvement révolutionnaire!

Prévenu par un informateur particulièrement bien placé, le correcteur d’épreuves du « Irish People , les Britanniques écrasent une insurrection dans l’oeuf le 15 septembre et arrêtent presque tous ses chefs. Quelques mois plus tard, une autre grande rafle de la police, 3 000 Féniens sont arrêtés.

S’emparer du Canada

On revient à une idée qui avait été longuement discutée: s’emparer du Canada (alors le Québec et l’Ontario) et négocier avec Londres pour l’échanger contre l’Irlande. On compte beaucoup sur la neutralité américaine. Les Féniens plus réalistes se disent que l’attaque va précipiter une guerre entre les États-Unis et la Grande-Bretagne. Au minimum, l’invasion va obliger l’Empire à dégarnir ses troupes de l’Irlande pour renforcer celles du Canada. Bref, l’invasion peut aider l’Irlande.

L’invasion est confiée au Brig. Gen. Thomas Sweeny, un vétéran de la guerre contre le Mexique et de la guerre de Sécession. Sweeny élabore une stratégie dont le pivot est Montréal avec ses 30 000 Irlandais.

« With the reduction of Montreal, a demand will be made upon the United States for a formal recognition of Canada, whose name will be changed at once to New Ireland. » (Manifeste fénien)

D’abord, une diversion au Nouveau-Brunswick. En avril 1866, les Féniens débarquent sur l’île de Campobello au Nouveau-Brunswick près du Maine. Un fiasco. Le seul résultat est la prise d’un poste de douane non défendu. Sweeny passe à la deuxième phase: une autre diversion, cette fois en Ontario pour y attirer les troupes britanniques en garnison à Montréal.

Une armée fénienne au nord de l’État de New York et du Vermont pourra ensuite traverser au Québec dégarni de troupes.

Peu après minuit le 31 mai 1866, John O’Neill quitte Buffalo avec 500 hommes, traverse la rivière Niagara et occupe le village de Fort Érié; le drapeau fénien flotte en territoire canadien. Il attend en vain les renforts qui doivent arriver de Chicago et de Milwaukee. Mais is sont bloqués par le gouvernement américain. O’Neill et sa petite troupe doivent retourner aux États-Unis où ils sont arrêtés puis relâchés plus tard.

Voir La Bataille de Ridgeway
Voir La Bataille de Ridgeway

Sweeny compte sur la neutralité des Canadiens français comme lors des invasions américaines en 1775 et 1812. Sweeny avait envisagé des sabotages ciblés pour miner les défenses du Canada: des petits groupes vont couper les lignes télégraphiques, détruire le pont de chemin de fer qui relie le Québec et l’Ontario, infiltrer la milice, bref, créer le plus de chaos possible afin de permettre aux Féniens de traverser la frontière sans problèmes. Mais au Québec, rien n’a bougé.

Pourtant, les quelques centaines de Féniens de Montréal ont recruté une couple de milliers de sympathisants dans les 64 manufactures de Griffintown, parmi les ouvriers qui construisent le Grand Trunk Railway et le pont Victoria, et aussi à dans la Basse Ville de Québec et sur les quais.

Mais ils frappent un noeud; en fait deux.

Le premier est McGee qui ne se sent plus Irlandais mais Canadien et qui a avoué lors d’un voyage en Irlande un an plus tôt que sa jeunesse révolutionnaire avait été de la folie. Avoue ouvertement ne plus croire à l’indépendance irlandaise. Il dénonce les Féniens sur toutes les tribunes et sabote leur influence à Montréal. On le dénonce comme traître, ses vieux amis lui tournent le dos. C’est beaucoup plus délicat avec les prêtres irlandais.

Si les Irlandais de Montréal ont maintenant leurs propres écoles, leurs propres églises et même depuis 1847, une basilique, St. Patrick, c’est à cause de prêtres comme Patrick Dowd and Michael Joseph. Les mêmes qui ont fait capoter, respectueusement, les plans de l’Évêque Bourget de créer des paroisses bilingues ou d’introduire des services religieux mixtes à St. Patrick. Avec les leaders de Griffintown, ils ont même osé avertir Bourget que ses tentatives «vont se terminer par des émeutes sanglantes et une «war between Irish and Canadian Catholics throughout the city». Or, ces prêtres toujours au front pour les Irlandais, condamnent les Féniens du haut de la chaire. Douche froide sur la lutte armée.

Des Féniens regroupés à Malone, Potsdam, (New York) et à St. Albans, (Vermont) se préparent à franchir la frontière. The Gazette rapporte qu’ils sont autour de 5 000 ! Toute la région est alarmée. On dit qu’ils ont capturé un train de passagers. Des cultivateurs anxieux arrachent les rails de la gare de Stanbridge, d’autres abandonnent leurs maisons et leurs champs.

On avait promis 12 000 hommes à Samuel Spears, un ancien de West Point, assez pour se rendre à Montréal, mais ils ne sont que quelques centaines; plusieurs ne sont même pas armés…

Le 7 juin 1866, le drapeau irlandais flottant au vent, quelques centaines de Féniens traversent la frontière, en face d’Eccles Hill, non loin du village de Frelighsburg en Estrie.

Battle_of_Eccles_HillDans le coin, une centaine de soldats novices du 16ième régiment commandé par le capitaine Carter. Surestimant la force d’invasion, il attend les troupes de Montréal. Ne rencontrant aucune résistance, 250 Feniens occupent pendant trois jours Frelighsburg, Saint-Armand, Pigeon Hills; ils pillent les maisons des alentours, s’emparent du bétail et terrorisent la population.

Ils ne semblent pas avoir de plan. Puis, des soldats de Montréal arrivent repoussent facilement les Féniens à la frontière, faisant une quinzaine de prisonniers. Les autres sont arrêtés par les autorités américaines et incarcérés à St. Albans en violation des lois de neutralité. Ils retourneront tranquillement chez eux en train.

Plan de la bataille d'Eccles Hill
Plan de la bataille d’Eccles Hill

Échec en Irlande

Pendant ce temps, les Féniens désespèrent de Stephens. Ce velléitaire incapable de prendre une décision trouve excuses sur excuses pour repousser le soulèvement. À la fin de 1866, il abandonne l’idée complètement et s’exile à Paris.

Stephens est remplacé par Thomas Kelly de retour des États-Unis. Plus d’hésitations: il y aura une guérilla un peu partout suivie d’une insurrection à Dublin en liaison avec des troupes irlandaises mutinées. Rapidement informés grâce à John Joseph Croydon, un des hommes de confiance de Stephens, les Britanniques décapitent le mouvement. Quelques milliers d’Irlandais se révoltent quand même durant la nuit du 5 mars. Pas de chance, c’est la tempête de neige du siècle. Quelques batailles, la plus importante à Tallaght, où plusieurs centaines de Feniens affrontent la police. Les Britanniques arrêtent quelques milliers de Féniens aussitôt condamnés à de lourdes peines d’emprisonnement.

Normalement, les Féniens auraient dû se retrouver dans une note en bas de page de l’histoire britannique; ils vont êtres sauvés par l’affaire de Manchester.

En fuite, Thomas Kelly se cache en Angleterre pendant plusieurs mois. Puis, les Britanniques finissent par le retrouver à Manchester et, le 11 septembre 1867, l’arrêtent avec un autre Fénien. Mais le 18 septembre, alors qu’ils quittent le palais de justice dans un fourgon cellulaire, des Féniens attaquent.

Attaque de ManchesterVoir ce site
Attaque de Manchester
Voir ce site

Trois d’entre eux font sauter la serrure du fourgon au moment même où le sergent Brett, assis à l’intérieur, regarde par la serrure pour voir ce qui se passe. Il est tué aussitôt. Les Féniens sont arrêtés. Le comportement digne ( admiré) des accusés pendant le procès, leurs discours au tribunal ( rapidement diffusés) et leur cri de défi «Dieu sauve l’Irlande» ( qui devient un chant de marche) lorsqu’ils sont condamnés à être pendus, électrifie les nationalistes irlandais.

Beaucoup d’Irlandais trouvent la sentence trop sévère pour une mort accidentelle.

McGee
McGee

Pas Darcy Mcgee qui insiste sur la mort tragique du sergent Brett. Sa popularité est en chute libre chez les Irlandais. S’il a gagné ses élections fédérales dans Montréal-Ouest, les premières du nouveau Dominion du Canada, les Irlandais n’ont pas voté pour lui. Il vient tout juste de publier en août trois articles dans The Gazette contre les Féniens, les traitant de «lèpre politique» et donnant des noms. Une année plus tard, le 7 avril 1868, de retour du Parlement d’Ottawa, il est assassiné par Patrick James Whelan un sympathisant fénien. Whelan est pendu pour le crime. C’est d’ailleurs la dernière exécution publique au Canada.

Cortège funèbre de Thomas D'Arcy McGee à Montréal
Cortège funèbre de Thomas D’Arcy McGee à Montréal

L’année 1870 commence très mal pour les Féniens.

Le 12 janvier, le pape Pie IX les excommunie. Ce n’est pas assez pour dissuader John O’Neill, le vainqueur de Ridgeway en 1866, de préparer une autre invasion du Canada.

En attendant les milliers d’hommes qu’on lui a promis, il établit son quartier général à Franklin au Vermont, tout près de la frontière. Le 23 mai, de New York, de Boston, de Portland etc., chaque train en direction du nord de la Nouvelle-Angleterre a son contingent de Féniens. O’Neill est profondément déçu; problèmes de transport et de communication, ils ne sont que 800. Ils sont encore moins nombreux à Malone, N.Y., pour mener une attaque simultanée.

Les cultivateurs du Canton de Dunham, échaudés en 1866, ont organisé depuis longtemps une petite milice locale. Ils savent que les Féniens se regroupent à Franklin; d’ailleurs les habitants du coin arrivent en wagons pour regarder la bataille.

Le 25 mai, vers 11 heures, O’Neill et ses Féniens traversent la frontière. Aussitôt prévenue, la milice télégraphie l’information à la garnison de Montréal. La trentaine de miliciens sont rejoints par une quarantaine d’hommes du 60ème régiment canadien de Missisquoi; tous sont embusqués sur les hauteurs d’Eccles Hill, avec vue sur la frontière et les Féniens. Une violente fusillade. Deux Féniens sont tués. Ils se dispersent. Lorsque les troupes de Montréal arrivent au début de l’après-midi, il ne reste plus grand-chose à faire. Commencée le matin, l’invasion s’est terminée dans la soirée.

Deux jours plus tard, une attaque fénienne près de Holbrook Corners, est facilement repoussée par un millier de miliciens et de soldats. Le drame fénien est terminé. Du moins au Canada.

M930.50.8.376

Invasion des Fenians
Invasion des Fenians

L’arrivée de William Gladstone

Depuis le temps d’Henri VIII, les Britanniques considèrent l’Irlande comme un foyer jamais éteint de complots et de révoltes. Ils aimeraient bien oublier ces Irlandais désinvoltes, paresseux, sans foi ni loi et, pire que tout, catholiques. Quelques politiciens réalistes dont William Gladstone, le chef du Parti libéral, sont bien conscients que des hommes prêts à mourir pour leur cause n’oublieront pas sept cents années d’injustice et d’oppression anglaise et ne se laisseront pas oublier non plus. Même si la Grande-Bretagne grâce à son réseau d’informateurs mate facilement les insurrections, le résultat est toujours le même: plus de prisonniers, plus de martyrs, plus de discours patriotiques.

Devenu Premier ministre en 1868, Gladstone, veut « pacifier l’Irlande», admettant que les activités des Féniens le poussent à prendre des mesures radicales; une remarque que les Féniens vont savourer pendant des années. En 1869, Gladstone, un anglican scrupuleux, fait voter une loi qui scandalise tous les Anglicans de l’Irlande: leur Église n’est plus l’Église officielle. Les 4.5 de catholiques – et les presbytériens- n’ont plus à payer la dîme à l’Église anglicane. Le jour de l’application de la loi plusieurs anglicans se présentent à l’église en habit de deuil. C’est le début de la fin de la domination britannique.

L’année suivante, Gladstone s’attaque à un principe sacré: le droit, absolu, de la propriété privée. Une première loi (Land Act) limite, un tout petit peu, les prérogatives des landlords: ils doivent compenser le locataire qui a fait des améliorations sur sa terre. Compensation également si l’expulsion n’est pas causée par une augmentation de loyer.

Il y a pire.

Une autre idée qui mijote inquiète non seulement les landlords mais tous les protestants de l’Irlande et de l’Empire britannique, le Home Rule, l’autonomie de l’Irlande.

L’avocat protestant Isaac Butt a défendu tellement de Féniens qu’il en est venu à une conclusion: «Le véritable remède aux maux de l’Irlande est une certaine autonomie (Home Rule) dans le cadre du Royaume-Uni.» En 1873, il fonde un parti politique pour aller chercher les votes des Irlandais qui veulent l’autonomie. Les Féniens échaudés par leur échec de 1867, le supportent; l’autonomie est une étape vers l’indépendance. L’année suivante, un bloc irlandais de 59 députés fraîchement élus se présente au Parlement de Londres. Les Anglais sont estomaqués.

Ils n’ont encore rien vu.

200px-Charles_Stewart_Parnell_-_Brady-HandyL’année suivante, lors d’une élection partielle, un jeune avocat de 29 ans candidat du Home Rule est élu. Charles Parnell est anglican, ancien étudiant de Cambridge, grand propriétaire terrien, converti au Home Rule en réaction aux exécutions de Manchester. C’est un homme distant, aristocratique, autoritaire, particulièrement impassible et qui parle d’une voix tellement glaciale qu’il impressionne les Britanniques du Parlement. Ce parfait gentleman à tous égards n’aime pas les Anglais. Sa mère, fille d’un grand amiral américain qui s’était illustréCharles_Stewart_Parnell_photograph pendant la guerre de 1812, lui a transmis sa profonde aversion pour les Anglais. Ironie ultime, Charles Parnell a horreur du vert.

Parnell déstabilise les Anglais dès son premier discours à la Chambre. Ce n’est plus un sujet britannique quémandant des faveurs, mais un égal, indigné, qui réclame des comptes. Il note qu’un député a fait référence à l’Irlande comme un « fragment géographique» de l’Angleterre. Parnell réplique que l’Irlande n’est pas «un fragment géographique mais une nation.»

Les Anglais ne veulent pas entendre parler des problèmes de l’Irlande, de la libération des Féniens qui croupissent en prison, de la suspension des libertés civiles etc. Parnell va les y obliger. À l’époque, les règles parlementaires ne limitent pas le temps de parole des députés; le speaker n’a tout simplement pas le droit d’interrompre un orateur. Parnell en use et abuse.

Lorsque c’est au tour du Home Rule de parler, les députés prennent la parole peu importe le sujet débattu, et la gardent le plus longtemps possible. Ils se relaient à la tribune, faisant d’interminables discours émaillés de longues citations et de versets entiers de la Bible, jusqu’à épuisement de leurs cordes vocales. Ils multiplient les votes, les suspensions de séance, les évacuations de tribune…Bref, Parnell rabat en permanence les oreilles des députés anglais avec la question de l’Irlande.

Entre deux paralysies du Parlement, l’anglican Parnell courtise aussi bien les évêques catholiques que les Féniens. Avec succès. D’autant plus qu’il réussit à faire libérer des Féniens dont, en 1877, Michael Davitt, un homme exceptionnel, socialiste, épris de justice, qui vient de passer sept ans au sinistre pénitencier de Dartmoor. Il avait fait la promesse de sortir plus dangereux de la prison qu’à son entrée. Il va la tenir.

Ses parents ayant été expulsés de leur ferme, le jeune Michael a dû, à l’âge de 10 ans, travailler dans une manufacture. Une machine lui a arraché un bras. Devenu Fénien, Davitt a été arrêté. Pendant sa détention il passe son temps à se demander qu’est-ce qui pourrait unir tous les Irlandais vers un but commun. Il trouve: la question des terres.

En gros, 20 000 Anglais ( 19, 288) possèdent l’Irlande

2000 (1878 précisément) ont plus de 9 millions et demi d’acres. Soit 70% de l’Irlande.

110 possèdent plus de quatre millions d’acres ( 20% du pays)

Pendant que trois millions de locataires et de travailleurs agricoles n’ont pratiquement rien.

L’année de sa libération, une mauvaise récolte frappe tout l’ouest de l’Irlande; une autre encore en 1878. Une nouvelle famine s’annonce.

La guerre de la terre 1879-1882

L’année 1879 est tragique pour les cultivateurs irlandais: pluies abondantes, mauvaises récoltes et une épidémie qui a décimé le bétail. Les landlords continuent à expulser les cultivateurs qui ne peuvent plus payer leur loyer. ( 1269 en 1876, 1749 en 1878, 2 667 en 1879. En juin, dans un discours mémorable à Westport, Parnell critique violemment le système de location des terres. Davitt organise des manifestations. Le 21 octobre 1879 à l’Imperial Hotel de Castlebar, dans l’ouest de l’île, Michael Davitt fond avec d’autres Féniens l’Irish National Land League, un mélange de syndicat agricole et de mouvement nationaliste pour combattre les landlords. Il offre la présidence à Parnell.

Début d’une nouvelle phase dramatique pour la liberté de l’Irlande, La Ligue devient le plus important mouvement de masse depuis O’Connell.

Parnell veut des landlords raisonnables, Devitt plus de landlords du tout, la terre aux cultivateurs. Le socialiste et le grand propriétaire mènent de concert la lutte contre les landlords. Parnell réussit habilement à maintenir la cohésion des radicaux et des modérés en soutenant une politique relativement modérée quant au fond, tout en n’hésitant pas à user d’un langage audacieux, voire violent ». En 1880, Michael Davitt et Parnell se rendent aux États-Unis pour lever des fonds.

Depuis la fin de la guerre de Sécession, les Irlandais sont devenus un groupe de pression majeur dans les grandes villes de l’Est. D’abord parce que l’immigration se poursuit grâce à des centaines de milliers d’Irlandaises, les «Bridget». Ces domestiques économisent sou à sou l’argent qui permet à leurs familles de survivre ou de déménager en Amérique. Elles continuent quand elles sont mariées. Entre 1860 et 1880, elles envoient 30 millions de dollars en Irlande, les 2/5 en billets pré-payés. Près de trois millions à la veille de la Première Guerre mondiale. Les Irlandais ont le nombre; et ils ont bien retenu les leçons de Daniel O’Connell.

Une expérience variée, valable et puissante dans l’aréna public

Politique

Pour échapper aux taudis, avoir des jobs dans un milieu hostile aux catholiques, il leur fallait une arme; ils n’en ont qu’une, mais puissante, le droit de vote. Massif. Un vote solitaire ne vaut rien, mais une centaine de milliers de votes, tous pour le même homme ou le même parti… Les Irlandais savent comment faire marcher une organisation politique. Contrairement aux autres immigrants, ils ont une connaissance de la démocratie, des élections, l’enregistrement, l’organisation, les comités, les réunions, l’agenda politique etc.

Ils sont des orfèvres de l’organisation électorale de base, celle qui se fait au niveau du quartier et du pâté de maisons. En jouant sur la solidarité ethnique, la cohésion entre voisins, la capacité de faire sortir le vote, ils peuvent livrer sur un plateau d’argent à un parti reconnu pour son sens de la gratitude, le bloc compact des votes irlandais. Ils créent ainsi des machines électorales qui deviennent légendaires: Tammany Hall à New York, Pendergast Organization à Kansas City, la Hague Machine à Jersey City. Toutes ces machines font élire une espèce nouvelle de politiciens qui, pour la première fois, proviennent de milieu modeste. Montréal a son premier maire irlandais en 1873, New York en 1880, Boston quatre ans plus tard. À la fin des années 1880, les Irlandais contrôlent les mairies de 68 villes du Massachusetts. Dans toutes ces villes, les politiciens élus grâce au vote irlandais leur ouvrent les emplois municipaux, policiers, pompiers, cols bleus etc.

En Irlande, ils ont appris qu’un homme seul ne peut obtenir justice, et que celle-ci n’avait rien à voir avec les tribunaux. La justice s’obtient par une combinaison illégale d’hommes opposés à l’autorité légale. Durant les débuts balbutiants du syndicalisme, ils organisent de main de maître de puissants syndicats capables d’affronter, illégalement s’il le faut, les employeurs les plus anti-ouvriers. Grégaires, sociables, parlant anglais contrairement aux autres immigrants, n’hésitant pas à utiliser la violence même contre leurs collèges qui ne sont pas irlandais. Il y a eu tellement d’affrontements entre bûcherons canadiens-français -dont Jos Monferrand- et Irlandais en Outaouais dans les années 1830 qu’on a parlé de « la guerre des Shiners.

En 1843, un millier d’Irlandais creusant le canal de Beauharnois ont débrayé, réclamant entre autres la journée de 12 heures. Ils ont occupé la ville de Saint–Timothée pendant 22 jours. Le gouvernement envoie la cavalerie et la milice; six ouvriers ont été tués, une cinquantaine blessés. La première grande grève de l’histoire du Canada, et la plus sanglante.

Dès 1857, les débardeurs irlandais de Québec ont fondé la « Québec Ship Labourers Benevolent Association » et sous ce nom anodin, le plus puissant syndicat au Canada. Ils sont derrière les Chevaliers du Travail fondés aux USA en 1869, et contrôlent pratiquement l’American Federation of Labor dès sa fondation en 1889.

En août 1879, une émeute sanglante éclate sur la rue Champlain à Québec. La Ship Laborer’s Benevolent Society, qui regroupe les ouvriers irlandais, affronte l’Union Canadienne des débardeurs canadiens français; bilan: 2 morts canadiens-français, et une trentaine de blessés dans les deux camps; le conflit aboutit à une entente qui oblige les employeurs à embaucher un nombre égal d’Irlandais et de Canadiens français pour tout chargement ou déchargement de vaisseaux.). Toutefois, cela débouchera l’année suivante sur la fondation d’un syndicat mixte, la Quebec Ship Laborer’s Benevolent Society. Bref des conflits fréquents mais l’hostilité ne dure pas. Quelqu’un avait fait la remarque que les Irlandais passent leur temps à se battre avec les Canadiens français et marient leurs filles. Les mères de Nelligan et de La Bolduc (Mary Travers) étaient canadiennes-françaises.


2007-11-888Deux ans plus tard c’est la grève des 1 000 débardeurs du port de Montréal ponctuée de violence à l’endroit de briseurs de grève ; proclamation de la Loi de l’émeute et intervention de l’armée canadienne. Parfois c’est carrément la guerre; Dans les mines de charbon de la Pennsylvanie, les Irlandais sont trop pauvres pour faire la grève. C’est alors le temps des Molly Maguires, prêt à exercer des vengeances secrètes sur les flics, les contremaîtres et les surveillants. Vingt seront pendus.

À l’autre bout du spectre des influences, les Irlandais contrôlent l’Église catholique américaine.

Entre 1870 et 1900, trois millions de catholiques canadiens-français, polonais, allemands etc. entrent aux États-Unis. Avec leurs prêtres ils ont créé spontanément leurs propres paroisses ethniques. Or, le Vatican rêve de convertir les Américains au catholicisme. Rêve impossible si tous ces nouveaux immigrants catholiques vivent en vase clos dans leurs paroisses ethniques. Les archevêques, les évêques, pratiquement tous irlandais, s’acharnent à éliminer ces paroisses. Il y a eu des schismes, il y a encore des résistances, entre autres chez les franco-américains, mais dans l’ensemble ils ont réussi: l’Église américaine parle anglais.

Même s’ils se sont bien adaptés, les Irlandais restent viscéralement attachés à leur mère-patrie; dans les saloons et les tavernes, de Manhattan à South Boston et Griffintown, des dizaines de têtes se penchent quand quelqu’un se met à chanter « The Song of the Black Potato ».

Inutile de dire qu’ils prennent très mal la nouvelle en 1870 que les Orangistes vont parader près de Central Park pour célébrer la bataille de la Boyne. Complètement inconscients, ils se moquent des travailleurs irlandais qu’ils croisent. Bilan: 8 morts. L’année suivante, protégés par 800 policiers et 2200 miliciens, 161 Orangistes reviennent parader sur la 8 ième avenue de Manhattan, en plein quartier irlandais: Bilan: 33 morts, cent blessés. Au Canada, les Orangistes se sentent plus en sécurité; en 1870, ils ont 900 loges en Ontario seulement. Mais les relations sont très tendues avec les Canadiens français et les Irlandais: ils s’opposent aux écoles catholiques, à l’autonomie de l’Irlande et à la moindre tentative de démembrer l’Empire britannique. Les accrochages des Irlandais avec les Orangistes de Montréal ont été sérieux. Il y a même eu un mort en 1877. Après l’incident, Québec a interdit formellement toute procession religieuse visant à commémorer un quelconque anniversaire politique ( la bataille de la Boyne par exemple). Cependant, et les Irlandais en rigolent encore, un amendement à cette loi autorisait l’organisation de certaines processions religieuses, menées par des autorités cléricales dûment reconnues comme par exemple le défilé de la St-Patrick …

Tous haïssent les Anglais et veulent les voir quitter l’Irlande; plusieurs sont prêts à lui forcer la main. Les nationalistes peuvent compter sur les Irlandais américains pour trouver des hommes et de l’argent. À la fin des années 1870, la famine qui menaçait a été évitée de justesse à cause des dons américains. C’est aussi grâce à eux que Parnell peut financer son bloc de 85 députés – non payés à l’époque- vivant dans la coûteuse Londres.

Parnell est reçu à la Maison blanche comme un chef d’État; il s’adresse à une session conjointe du Congrès, fait campagne en Amérique, parle à des foules énormes. Puis, le 3 mars, il arrive à la gare Bonaventure de Montréal, dernière étape de son séjour en Amérique.

Un triomphe!

Pose de la pierre du monument marquant les tombes des immigrants, pont Victoria, 1859
Pose de la pierre du monument marquant les tombes des immigrants, pont Victoria, 1859

6000 Irlandais forment aussitôt une procession derrière son traîneau; 75 porteurs de

torches à cheval, une douzaine d’associations, chacune avec sa fanfare et sa garde d’honneur; 20 000 personnes assistent à la parade qui fait un détour vers Griffintown. Au Theatre Royal, il parle de la famine récente causée par les « requins de la terre», de sa volonté de renverser le pouvoir des landlords, pacifiquement si possible, par la force si nécessaire. Délire à Griffintown! Il doit quitter dès le lendemain, le Parlement a été dissous.

Parnell, « le roi non couronné de l’Irlande», quitte Montréal par le train. Il a peut-être aperçu, juste avant de traverser le pont Victoria, le monument le plus discret de tout Montréal, « The Black Rock». En 1859, des ouvriers irlandais avaient fait la découverte macabre des fosses communes des victimes de 1847. Ils avaient alors extrait du fleuve une immense roche, qu’ils avaient ensuite déposée au-dessus des fosses.

« Les traiter comme des lépreux. »

De retour en Irlande, lors d’un meeting tenu à Ennis, le 19 septembre 1880, suggère à ses partisans une méthode radicale et non-violente pour mettre hors de nuire les intendants des landlords qui expulsent les cultivateurs: les traiter comme des lépreux. Il a en tête l’intendant anglais de lord Erne dans le comté de Mayo qui vient d’expulser onze cultivateurs.

Quelques jours plus tard, l’intendant se retrouve isolé dans sa propriété avec sa famille et un ami resté fidèle. Les hommes qu’il a engagés pour la récolte sont partis. Dans les jours qui suivent, le forgeron refuse de lui préparer des fers et la blanchisseuse de laver son linge. Le facteur ne lui apporte plus son courrier. Les boutiques du coin refusent de lui vendre quoi que ce soit. Si un membre de la maisonnée a le malheur de sortir du domaine, il est automatiquement sifflé, hué et tourné en dérision. La présence de policiers empire la situation.

Pour éviter que ses récoltes ne pourissent sur pied, il fait venir 50 cultivateurs protestants de l’Ulster qui se mettent au travail sous la protection de mille soldats. Ce fut sans doute la récolte la plus chère de toute l’histoire de l’agriculture irlandaise. La récolte terminée, le contingent militaire quitte la région le 26 novembre. Le lendemain, Charles Boycott abandonne sa propriété, enrichissant le vocabulaire d’un mot nouveau.

La grande spécialité de la Ligue est la menace de violence: elle ordonne d’envoyer des lettres de menace ou de boycotter l’inconscient qui a pris la terre d’un famille d’expulsés. Elle demande à ses membres d’attaquer les intendants, d’incendier les manoirs des landlords, de mutiler leurs animaux etc. Tous ces incidents inquiètent sérieusement; Il y en avait eu 863 ( lettres inclues) en 1879, 2,590 en 1880. À ce moment, la Ligue a 200 000 membres en Irlande, autant aux États-Unis dans1500 branches.( Une branche est formée a Montréal en 1885)

Gladstone craint non pas l’anarchie mais l’établissement d’un pouvoir parallèle; il demande au Parlement de suspendre l’habeas corpus et donner aux autorités le pouvoir de mettre en prison, sans procès, tous ceux dont on «soupçonne raisonnablement» qu’ils ont enfreint la loi.

Les députés du Home Rule se lancent alors dans le plus long filibuster de l’histoire du Parlement, 46 heures de discours ininterrompus; le speaker n’en pouvant plus, ils sont finalement expulsés de la Chambre des communes.

Puis, surprenant tout le monde, Gladstone passe une nouvelle loi agraire: le landlord ne peut plus expulser un locataire s’il paie son loyer et on crée un genre de Régie des loyers qui juge si le prix du loyer est raisonnable et sinon, peut le baisser; finalement, le cultivateur peut céder son bail au prix du marché. Le gouvernement offre aussi de prêter aux cultivateurs les deux tiers du prix d’achat de leurs terres.

Les plus radicaux sont insatisfaits car peu de locataires ont l’argent nécessaire. Seuls 877 fermiers achètent leurs terres. La Ligue risque d’éclater. Parnell évite le danger en poursuivant une politique modéré dans les faits, mettant la loi à l’épreuve en défendant des cas précis devant la Régie —mais en faisant des discours violents et menaçants. Le 13 octobre 1881, il insulte violemment Gladstone; c’est probablement ce qu’il voulait, il est envoyé dans le hall des martyrs irlandais, la prison de Kilmainham à Dublin. Il garde ainsi sa popularité et l’absout de la responsabilité des événements qui suivent. Le 20, le gouvernement interdit la Ligue. Sa fille Fanny prend la relève avec la Ladies Land League.

Conscient que seul Parnell peut arrêter la violence, -4400 incidents en 1881- Gladstone entame des pourparlers. En mars 1882, ils parviennent à un accord: fin de la violence, libération des prisonniers et une meilleure loi agraire. Parnell se lance aussitôt dans la bataille pour l’autonomie.

Le Home rule

Aux élections de 1885, le bloc irlandais rafle 86 comtés, pratiquement toute l’île sauf l’Ulster et se retrouve avec la balance du pouvoir. Parnell accepte volontiers d’appuyer un gouvernement libéral minoritaire si Gladstone dépose dès l’année suivante un projet de loi pour que l’Irlande devienne autonome. L’establishment anglais est horrifié, convaincu qu’il y aura un effet de dominos dans tout l’Empire britannique! Pourtant, l’autonomie a été accordée au Canada, à l’Australie, à la Nouvelle-Zélande et, comme l’explique Gladstone: « Le Canada n’a pas obtenu l’Home Rule parce qu’il était loyal et amical; il est devenu loyal et amical parce qu’il a obtenu l’Home Rule.» Le chef des conservateurs Lord Salisbury rétorque: « les catholiques irlandais ne sont pas plus capables de s’autodéterminer que les barbares dans les possessions les plus éloignées de Sa Majesté. » Des députés libéraux lâchent Parnell et votent avec les conservateurs; le projet est défait, Gladstone démissionne.

Lors des élections qui suivent, les libéraux sont écrasés; Parnell s’arme de patience; son bloc solide de députés irlandais a été réélu. Puis, en décembre 1889, le bloc se fissure à cause de la femme de sa vie.

Tout ce qui comptait à Londres, en commençant par le mari cocu, le capitaine O’Shea, est au courant que son épouse Kitty O’Shea a une liaison avec Parnell depuis des années. Il est d’ailleurs le père de trois de ses enfants. Puis, pour des raisons qui sont encore obscures, le capitaine demande le divorce pour cause d’adultère.

La morale victorienne, la morale catholique, l’intérêt politique se combinent en un scandale toxique. Les Irlandais, les députés du Home Rule, appuient spontanément Parnell. Mais du jour au lendemain, des libéraux s’indignent des liens étroits de leur parti avec un politicien adultère. Puis, les évêques se prononcent et, de chaque chaire de chaque église les condamnations pleuvent.

Gladstone, son allié, doit lui demander de se retirer. À la réunion du caucus des députés, ses fidèles sont en minorité. La mort dans l’âme, Parnell démissionne du magnifique parti qu’il a forgé, l’épine permanente dans le pied du Parlement britannique. Épuisé et meurtri, il meurt un an plus tard, Kitty à ses côtés. Il avait 45 ans. On l’enterre près de Daniel O’Connell.

Un an plus tard, toujours grâce à l’appui des députés irlandais, Gladstone, 83 ans, revient au pouvoir. Cette fois-ci, le 1er septembre 1893, le projet de loi sur l’autonomie est voté. La Chambre des Lords le rejette moins d’une semaine plus tard. À cette époque les Lords peuvent bloquer indéfiniment tout projet de loi qui leur déplaît.

C’est trop. Découragés par la chute de Parnell et les chicanes politiques interminables, beaucoup de nationalistes tournent le dos au Parlement. Quelques Féniens pressés croient qu’il faut prendre les armes et fondent L’IRB ( la Fraternité républicaine irlandaise) une petite organisation dissidente. Les plus patients préfèrent s’engager à fond le sport. D’abord parce que l’engouement pour les sports anglais, cricket, rugby est en train de reléguer aux oubliettes les sports irlandais comme le hurling et le footbal gaélique ( mélange de football, de rugby, de handball, de basket et de volleyball). Pour les empêcher de tomber dans l’oubli, sept nationalistes irlandais dont quatre Féniens fondent une ligue sportive, GAA, en 1884. Personne n’ignore que ces sports particulièrement violents préparent bien au combat.

Puis, le recensement de 1891 fait mal au coeur: trois millions d’ Irlandais parlaient gaélique en 1845; ils ne sont plus qu’un demi-million; la famine a particulièrement fauché les habitants de l’ouest de l’île, qui étaient la plupart du temps unilingues gaéliques. Les écoles où la seule langue autorisée est l’anglais a fait le reste; le poète Patrick Pearse évoque: « The Murder machine of english education». Une langue distincte est le plus sûr témoin, le garant aussi, d’une nationalité. Deux ans plus tard, avec d’autres intellectuels, protestants et catholiques, Pearse fonde « La Ligue gaélique» pour essayer d’enrayer la disparition de la langue, de faire connaître l’histoire de l’Irlande, d’encourager le patrimoine irlandais, de la musique, à la danse en passant par le théâtre et la poésie.

La révolution culturelle

En fait, les Irlandais craignent de disparaître et de devenir, la religion exceptée, des Britanniques. Au début, strictement culturelle, la Ligue se radicalise rapidement l’université populaire engagée des militants nationalistes. En 1910 la Ligue gaélique a 600 succursales à travers le pays. Les travaux d’érudits remettent au jour les anciens textes, suscitant un renouveau d’intérêt pour les traditions et l’histoire irlandaise.

Émissions en gaélique à la TV irlandaise

http://wwitv.com/tv_channels/b2381.htm

Ce réveil a beaucoup d’échos chez les Irlandais des États-Unis et du Canada, du moins ceux du Québec. En Ontario, les Irlandais se sont complètement fondus dans la population, la parade de la Saint Patrick a même disparu des rues de Toronto. Mais pas au Québec. Bien sûr, l’assimilation en douceur a fait des ravages à la campagne; au nord de la Gaspésie, les Cavanagh, Dunn, O’Connor, Sinott sont de plus en plus francophones. Dans le comté de Dorchester, le pourcentage d’Irlandais est passé de 33% en 1851 à 10% en 1901. Mais, à Québec, à Montréal, les Irlandais sont encore nombreux et Griffintown est toujours un bastion solide.

Griffintown vers 1900
Griffintown vers 1900
Voir 1880 : Inondation à Griffintown

« The City below the Hill »

Comme tous les riches Montrélais qui vivent sur les flancs du Mont-Royal, Herbert Ames, de sa maison sur la rue Bishop, a une vue plongeante sur les quartiers ouvriers le long du fleuve. Mais il est le seul intrigué, le seul à se demander: Comment vivent-ils?

À la fin de l’année 1896, Ames entreprend le premier recensement sociologique du Canada; son équipe passe au crible un mille carré de la ville, frappant aux portes de chaque foyer de Griffintown et des quartiers autour.

Il publie dix articles sur les résultats de l’enquête dans le Montréal Star, puis un livre, « The City below the Hill». Ames écrit: « No one deserved to live in such squalor». Avec ses 20 000 habitants, Griffintown est le quartier le plus pauvre de la ville, le plus densément peuplé. Les familles, nombreuses, s’entassent dans des maisons de fortune quelques mètres à peine au-dessus du fleuve. Pas de toilettes, pas d’égoût et des salaires de misère. Taux de mortalité 22.47 par mille ( 13 par mille en haute ville). Un débit de boissons par 160 habitants comparé à un par 240 à Pointe-Saint-Charles.

Attachés à leur mère-patrie, ils suivent la bataille pour l’Home Rule et, comme aux États-Unis, ils la supportent moralement et financièrement. Depuis quelques années, les parades de la Saint-Patrick tant à Québec qu’à Montréal attirent des foules toujours plus nombreuses, et on peut y voir les portraits de Daniel O’Connell ou de John Redmond, le successeur de Parnell. Avec New York et Boston, Montréal est sur la liste des villes visitées par les leaders irlandais John Redmond,, William Redmond, Joseph Devlin lorsqu’ils font des levées de fonds. Chaque fois avec succès. En novembre 1886, Michael Davitt est à Montréal invité par la branche locale des Chevaliers du travail. Il assiste à une des pièces de théâtre du St.Ann’s Young Men’s Society dont le répertoire comprend une tragédie sur Robert Emmet une autre sur la lutte du Land League.

Les Irlandais peuvent d’ailleurs compter sur les Canadiens français qui appuient tous le Home Rule. L’historien Simon Jolivet a relevé que Le Devoir consacrera 32 fois la page éditoriale à l’Irlande ou aux relations entre Irlandais et Canadiens français de 1912 à 1922.

Si toutes les associations irlandaises appuient le Home Rule, la plus déterminée est la branche locale de la très ancienne, très militante et très peuple Ancient Order of Hibernians (AOH) qui est arrivée tambour battant à Montréal en 1889 avec une cérémonie en l’honneur des martyrs de Manchester. À cette cérémonie annuelle, ils ont ajouté en 1898 le centenaire de la Rébellion de 1798 fêtée avec des Irlandais venus de tout l’Amérique. La même année, forte de ses 1500 membres, elle s’attaque avec d’autres associations, à la très la puissante Grand Trunk Railways qui a empiété sur un lieu sacré.

La compagnie voulait poser des rails juste au-dessus des fosses communes près du pont Victoria. Un matin, très tôt, des ouvriers ont tout simplement enlevé The Black Rock pour la laisser dans un parc de Griffintown. En 1911, après treize ans de batailles juridiques la compagnie doit retourner le monument tout près de sa location originale.

Inauguration de la croix celtique en 1909
Inauguration de la croix celtique en 1909

En 1897, Jeremiah Gallagher, président des Hiberniens de Québec avait visité Grosse Île. L’herbe poussait partout, les tombes étaient négligées. Il commence à recueillir des fonds pour ériger un monument à la mémoire des morts et de ceux qui ont tenté d’adoucir leurs derniers instants. Le 15 août 1909, un demi-siècle après la tragédie, 7,000 Irlandais venus de toute l’Amérique inaugurait un croix celtique en granit gris, d’une hauteur de 14 mètres, la plus haute en Amérique du Nord.

La création du Sinn Féin

Au début du XXe siècle, le nationalisme irlandais se durcit. Un petit contingent d’Irlandais va même combattre du côté des rebelles lors de la guerre entre les Boërs et les Britanniques en Afrique du Sud. La majorité des Irlandais manifeste un vif plaisir à chaque défaite des Britanniques oubliant que les troupes comprennent beaucoup d’Irlandais. Ils débordent aussi d’enthousiasme lorsque la reine Victoria se rend à Dublin en 1900.

Le journaliste Arthur Griffith croit qu’une lutte armée est sans espoir; il crée en 1905 un petit parti qui prône une méthode singulière pour obtenir l’autonomie de l’Irlande: les députés irlandais doivent simplement s’abstenir de paraître au Parlement de Westminster et siéger dans un Parlement parallèle à Dublin. En attendant, s’en tenir, mais opiniâtrement, à la résistance passive, refuser de payer les taxes britanniques, boycotter les produits britanniques etc.. C’est pourquoi il baptise son parti Sinn Féin « nous seuls».

Aux élections de 1910, les députés du Home Rule ont encore une fois la balance du pouvoir. Les protestants de l’Ulster ne sont pas inquiets; ils sont à l’abri de tout changement désagréable derrière un rampart solide: le véto permanent des Lords. Mais cette fois les libéraux sortent la matraque législative: si les Lords refusent de limiter leur droit de véto, ils vont tout simplement choisir 500 militants libéraux et les nommer à la Chambre des Lords…

Le spectre d’une foule de roturiers siégeant parmi eux fait frémir les Lords. Négociations feûtrées. Désormais, le véto est limité à deux ans. Aussi, lorsqu’en en avril 1912, les députés votent en faveur du Home Rule et que les Lords le rejettent, il ne s’agit plus que d’attendre deux ans; l’autonomie s’appliquera en 1914. Le rampart s’est écroulé, laissant les protestants de l’Ulster contempler l’idée inacceptable de se retrouver éternels minoritaires dans une Irlande autonome et catholique.

«L’Ulster se battra et l’Ulster aura raison.»

Le 28 septembre, ralliés derrière le slogan, « Home Rule is Rome Rule», 220 000 protestants font la queue devant les hôtels de ville de l’Ulster pour signer un engagement solennel à résister, y compris par les armes, à l’application du Home Rule. Au cours des mois suivants, 471 000 personnes signent l’engagement. Pendant que Londres fait tout pour ne rien savoir, ils créent, ce qui est illégal, une milice armée qui comprend 50 000 hommes dès l’été 1913 et achètent des armes en Allemagne, l’ennemie de la Grande-Bretagne. Londres ordonne au général Gough commandant en chef de l’Irlande d’envoyer des troupes en Ulster pour protéger les dépôts de munitions. Cinquante-sept officiers sur soixante-dix , le général Gough en tête, prèfèrent démissionner plutôt qu’obéir et signalent qu’ils préfèrent se battre pour l‘Ulster que contre elle. Le gouvernement ne réagit pas. C’est la seule mutinerie victorieuse dans l’histoire de l’armée britannique.

L’Ulster s’est donné un chef, l’avocat Edward Carson célèbre dans tout l’Empire britannique depuis qu’il a défendu la Marquise de Queensberry qui avait traité l’écrivain Oscar Wilde de sodomite. Wilde l’avait aussitôt accusé de diffamation. Mauvais calcul. Au tribunal, Carson l’avait crucifié en contre-interrogatoire. Ce serviteur dévoué de l’Ulster ne peut concevoir la rupture du lien avec la Grande-Bretagne. Tous les Orangistes de l’Empire l’appuient, ceux du Canada en tête, qui incitent leurs loges provinciales à ramasser des fonds pour aider l’Ulster. Du moins celles du Canada anglais car au Québec elles sont en chute libre depuis la belle époque où les Orangistes défiaient les Irlandais de Montréal. Comme le précise l’historien Simon Jolivet: « Ce sont l’Outaouais et le Pontiac qui gardent le fort orangiste québécois.».

À la fin de l’année, les catholiques ont eux aussi leur une armée privée. Mais quand ils essaient de se procurer des fusils à l’étranger, Londres réagit aussitôt et interdit l’importation d’armes. Un peu tard. L’Ulster, armée jusqu’aux dents, attend que Dublin lui impose l’autonomie pour déclencher la guerre civile.

Avril 1914. Le délai de deux ans est écoulé, la loi est votée. Le Consul de France à Dublin déclare: «l’Irlande est séparée en deux camps, munis chacun d’une véritable armée. Il suffirait d’une étincelle pour provoquer en Irlande une guerre civile».

L’étincelle s’allume mais dans les Balkans; l’archiduc Ferdinand, l’hériter de l’empire austro-hongrois est assassiné à Sarajevo. L’empire menace la Serbie; la Russie mobilise pour l’aider; l’Allemagne aussi pour aider l’Autriche-Hongrie etc. La Première Guerre mondiale éclate en août. Le gouvernement britannique persuade John Redmond, le successeur de Parnell, de suspendre l’application du Home Rule jusqu’à la fin des hostilités et envisage la possibilité d’en exclure l’Ulster.

1914

Lors de la déclaration de la guerre, les Canadiens français se demandent pourquoi se battre pour les libertés en Europe alors qu’on vient d’interdire les écoles françaises à côté, en Ontario, avec l’appui des évêques irlandais.Déjà le français a été supprimé dans les écoles au Manitoba et dans les autres provinces de l’Ouest. Non seulement les évêques irlandais n’ont rien fait, mais depuis ils exigent la totalité des évêchés en dehors du Québec même là où les catholiques sont majoritairement francophones comme en Ontario ou en Acadie. Quelques années plus tôt, Mgr Bourne, primat d’Irlande, avait profité du Congrès eucharistique universel qui se tenait à Montréal, pour mettre les points sur les I. À l’église Notre-Dame il avait invité les Canadiens français à renoncer à leur langue pour le plus grand bien du catholicisme.

e004414715-v6«Tant que la langue anglaise, les façons de parler anglaises, la littérature anglaise – en un mot la mentalité anglaise toute entière- n’aura pas été amenée à servir l’Église catholique, l’oeuvre rédemptrice de l’Église sera empêchée et retardée.»

Le clergé irlandais appuie aussi la conscription comme la majorité de leurs ouailles, à l’exception notable de l’AOH. Dès août, le ministre Doherty, député de St.Ann, organise à Montréal l’Irish Canadian Rangers qui doit servir au Canada seulement et demande aux Irlandais de suivre l’exemple de John Redmond.

Celui-ci croit sincèrement que le sacrifice irlandais sera récompensé par Londres. Les partisans du Home Rule s’enrôlent en grand nombre dans l’armée britannique. Ils ont lu la lettre que William, le frère de John Redmond, a adressé à la nation irlandaise: « Je voudrais que tous mes amis en Irlande sachent que, en joignant la brigade irlandaise et en partant pour la France, je crois sincèrement, comme tous les soldats irlandais, que je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour le bonheur de l’Irlande. » Toutefois, un petit nombre, mais déterminé, refuse de «combattre sous un drapeau étranger.»

Avec d’autres nationalistes, ils remarquent que sir Edward Carson entre au cabinet de guerre, que Londres nomme des protestants de l’Ulster aux postes les plus importants de l’Irlande, de juge en chef à procureur général, que l’Ulster a sa propre division avec ses propres officiers, ses insignes, son drapeau, alors qu’on prend bien soin de disperser les catholiques dans l’armée anglaise.

Les Pâques sanglantes

« Les difficultés de l’Angleterre sont la chance de l’Irlande.» (vieil adage irlandais)

Alors que Londres croit la question irlandaise enterrée, les groupes qui veulent l’indépendance, de l’Irish Volunteers à l’Irish Citizen Army, décident de profiter de la guerre pour frapper un grand coup: un soulèvement à Dublin. Les rêveurs croient que la Grande-Bretagne va quitter l’Irlande. Les plus lucides savent que c’est voué à l’échec mais qu’il faut faire un geste. Patrick Pearse, l’un des leaders, avait dit à un partisan qui l’interrogeait sur les chances de succès, qu’« il n’y en avait aucune».

Le lundi de Pâques 24 avril, 800 hommes passent à l’action. L’effet de surprise est total. Un groupe tente en vain de prendre le Château de Dublin; d’autres s’emparent de plusieurs points stratégiques, notamment la Poste Centrale et hissent bientôt le tricolore interdit, l’étendard vert-blanc-orange. Pearse proclame l’indépendance de la République d’Irlande à une foule étonnée. Les insurgés espèrent engendrer un soulèvement général. Si plusieurs centaines d’hommes se joignent à eux, l’ensemble de la population est au mieux, neutre, au pire hostile.

Les Anglais envoient aussitôt à Dublin 20 000 soldats dont un fort contingent d’Irlandais, et soumettent la ville au feu de leur artillerie. Un jeune professeur de mathématiques, Éamon de Valera, tient tête avec son groupe à deux régiments venus en renfort par la mer. L’insurrection est écrasée au bout d’une semaine après d’âpres combats qui font 64 morts parmi les rebelles, 134 parmi les soldats et 220 civils pris entre deux feux.

Destroyed buildings, wrecked vehicles and damage due to »Easter Rising» of 1916, in Dublin (vidéo)

Voir : National Library of Ireland

La repression est brutale. Plus de 2 500 arrestations. La Cour martiale siège en secret à la prison de Kilmainham ; jour après jour, elle annonce qui a été condamné à mort et fusillé. En tout quinze dirigeants. L’exécution de Patrick Pearse ne surprend personne, mais celle de Willie Pearse sous le seul motif d’être son frère choque profondément les Irlandais. Le pire est l’exécution de James Connolly, blessé aux jambes et rongé par la gangrène que l’on doit tranporter dans un brancart et attacher sur une chaise. Pearse mort est plus dangereux que vivant. Il l’avait prévu, la révulsion va rétourner l’Irlande.

George Bernard Shaw écrit:

« Selon moi, ces hommes qui ont été tués de sang-froid après leur capture ou leur reddition étaient des prisonniers de guerre […] Un Irlandais combattant les armes à la main ne fait rien d’autre que ce que ferait un Anglais si, par malheur, son pays était envahi et conquis par les Allemands […] »

À Montréal, beaucoup d’Irlandais qui avaient supporté la guerre, sont scandalisés. La campagne de recrutement des Irish Rangers s’enlise aussitôt. Un an plus tard, lorsque le ministre Doherty présente le bill sur la conscription, l’AOH le défie en invitant les autres associations irlandaises à commémorer l’anniversaire du soulevement de Pâques. Les Irlandais de Montréal vont régler leurs comptes lors de l’élection du 17 décembre 1917.

Ottawa refait la carte électorale, St-Ann comprend maintenant Verdun où les Irlandais sont minoritaires. Le ministre Doherty fait face à deux adversaires dont J.J. Guerin, ex-maire irlandais de Montréal et candidat anti-conscription. Doherty l’emporte et St.Ann est un des trois comtés de la province à voter pour la conscription. Mais une analyse des bureaux de scutin par The Gazette montre que Griffintown a voté majoritairement pour Guerin.

Comme beaucoup d’autres, Arthur Griffith, le fondateur du Sinn Féin, avait condamné l’insurrection. Maintenant, il exige l’indépendance totale et c’est pourquoi il laisse de Valera diriger son parti. Le Sinn Féin se présente contre le Bloc irlandais aux élections du 28 décembre 1918.

Le Bloc ne craint rien. Depuis une génération, avec la régularité d’un métronome, il rafle la majorité des sièges. Mais le Sinn Féin regroupe maintenant tous les radicaux ce qui donne naissance à la légende qu’il a fait l’insurrection de Pâques. En fait, c’est l’insurrection de Pâques qui a fait le Sinn Féin. La campagne électorale est remarquable: les Britanniques font tout pour nuire au Sinn Féin; des candidats potentiels du Sinn Féin essaient ne pas se faire remarquer et parmi ceux qui se présentent, 47 sont arrêtés par les Britanniques. Malgré tout ils balaient tout devant eux emportant 73 des 105 sièges; le parti du Bloc, qui a absorbé les énergies de générations de nationalistes est complètement lessivé. Six députés élus. Le Home Rule gît sous les décombres du Bureau de poste de Dublin.

Comme Griffith l’avait préconisé, les nouveaux députés refusent de prendre leurs sièges au Parlement de Londres. Le 21 janvier 1919, ceux qui ne sont pas en exil ou en prison comme de Valera, se réunissent à Dublin et ce Parlement parallèle proclame l’indépendance avec comme président de Valera ( il s’évadera un mois plus tard).

L’indépendance est refusée

Les Irlandais américains se déchaînent. Le 22 février à Philadelphie, avec une unanimité qu’on n’a pas vu depuis des décennies, des escadrons de politiciens, trois archevêques, trente évêques, 5 000 délégués, exigent l’indépendance de l’Irlande. En juin de Valera est aux États-Unis. Accueilli comme un chef d’État, on lui offre la suite présidentielle au Waldorf; il est reçu au Parlement du Massachusetts. Des délégations irlandaises de Québec et de Montréal vont le rencontrer à au moins quatre reprises à Plattsburgh, Ogdensburg et New York.

Un nouveau soulèvement éclate.

En avril, 44 000 soldats britanniques occupent l’Irlande; en septembre, 200 000.

Michael Collins dirige le bras armé du Sinn Féin, l’Armée Républicaine Irlandaise (IRA) qui regroupe les différents mouvements radicaux. Collins a tiré les leçons de l’épisode sanglant de Pâques: une guerre frontale contre Londres est vouée à l’échec. Il organise méticuleusement la guérilla urbaine; des unités autonomes encadrées avec des vétérans de la Grande Guerre multiplient les embuscades et, surtout, sapent l’autorité britannique: un corps spécial d’ex-officiers et les Black and Tan («noir et beige» pour la couleur de leur uniforme) la police anti-IRA.

Alors commencent de part et d’autre embuscades et exécutions, représailles et répliques. Des deux côtés, on use de la terreur. Pour un loyaliste tué, on assassine deux indépendantistes. Collins parvient grâce à ses réseaux d’indicateurs à gagner la bataille du renseignement.

La veille de Pâques 1920, il fait incendier par l’IRA, la même nuit, 315 barraques abandonnées par l’IRC, les constables de l’Irlande. Une bonne partie des Irlandais l’appuie. Au Québec, la chicane entre Canadiens français et Irlandais sur la question des écoles francophones est mise entre parenthèses: leurs élites, leurs principales associations, Société Saint-Jean-Baptiste, l’Ancient Order of Hibernians etc.etc., se retrouvent à Ottawa les 16 et 17 octobre pour la première convention de la Self-Determination for Ireland League of Canada and Newfoundland. Lorsque le même mois, Terence MacSwiney, le maire de Cork, meurt après une grève de la faim de 74 jours, les Irlandais de l’île et de la diaspora sont outrés; on chante des messes à Québec, Montréal, Sherbrooke et quelque 10 000 personnes manifestent contre les Anglais à l’aréna Mont-Royal.

Collins porte un coup psychologique magistral au coeur du centre nerveux de l’ennemi.; il fait éliminer à la même heure, en huit lieux différents, onze officiers travaillant pour les services secrets britanniques. Le même jour, les Britanniques ripostent en ouvrant le feu sur la foule venue assister à un match de football; quatorze tués et des dizaines de blessés. Le 28 novembre, Collins porte la lutte en Angleterre. À Liverpool, deux Black and Tan sont tués. Les Anglais sont secoués et commencent à se demander ce qu’ils font en Irlande. De Valera revient en décembre. Il a ramassé cinq millions de dollars, assez pour que la guerre continue.

Lors de de la Saint Patrick de 1921 The Montreal Star remarque que, à Montréal comme à Québec, la parade « est la plus importante depuis des années »; l’Union Jack a disparu, remplacé pour la première fois par les drapeaux du Sinn Féin.

Collins ne dispose que d’un maximum de 3000 hommes qui manquent d’armes et de munitions, mais la Grande-Bretagne en a assez; elle est l’une des premières puissances à découvrir qu’une victoire militaire dans une colonie n’est pas à une victoire politique. En juin 1921, des négociations commencent entre Londres et deux délégués du Sinn Féin, Arthur Griffith et Michael Collins. Le 6 décembre 1921, ils signent un traité qui met fin à la guerre.

Cogadhnag Carad

La guerre des camarades

L’Irlande est partagée en deux parties: un État libre à majorité catholique, avec un gouverneur général sans pouvoir ( qu’ils peuvent nommer), un serment d’allégeance au roi en tant que boss du Commonwealth ( et non de l’Empire) et quelques broutilles. Bref, un Dominion comme le Canada. L’Ulster et son million de protestants demeurent rattaché à Londres. Un demi-million de catholiques s’y retrouve piégés. De Valera, une bonne partie de l’IRA, beaucoup de nationalistes outragés, veulent une République, pas un Dominion. Ils refusent la partition et encore plus le serment d’allégeance. Les principaux leaders irlandais des États-Unis sont derrière Collins et Griffith. Une sale guerre civile éclate.

Lors de la Guerre de l’indépendance, 5 000 hommes et femmes se sont battus contre les Anglais. Collins et Griffith disposent au moins d’autant de troupes pour affronter de Valera.

Six mois plus tard, devant une défaite inévitable, de Valera demande aux Irlandais américains de l’aider à sauver la République. Zéro réponse. Aucun meeting de masse, aucune propagande, pas un sou. Rien À Québec, rien à Griffintown. Pour les Irlandais de l’Amérique, la mère patrie est maintenant un pays libre, étranger, avec des problèmes et des passions qui ne les regardent plus. La guerre civile durera jusqu’en 1923, coûtant la vie à quelque 4000 Irlandais dont Michael Collins, tué dans une embuscade. De Valera abandonne. Des irréductibles de l’IRA, qui refusent de renoncer à l’Ulster, plongent dans une longue clandestiné entrecoupée à intervalles irréguliers, de quelques coups d’éclat.

La République d’Irlande

De Valera ronge son frein jusqu’aux élections en 1932. Aussitôt élu, il rompt, l’un après l’autre, les liens rattachant l’Irlande au Royaume-Uni; le gouverneur général est remplacé par un Président élu, le serment d’allégeance disparaît et, en 1937, le pays prend le nom de d’Eire, Irlande en gaëlique. Il ne reste qu’un lien; l’Irlande fait encore partie du Commonwealth.

En 1948 le Premier ministre Costello est en voyage au Canada.

Le protocole avait prévu un toast au roi ( symbolisant le Canada et le Commonwealth donc l’Irlande) et un autre au président ( représentant l’Irlande). Or seul un toast au roi est proposé. Furie de la délégation irlandaise. Peu après, toujours au Canada, il annonce que le pays deviendra officiellement une Republique; c’est la rupture définitive et totale avec la monarchie britannique et le Commonwealth. Le 18 avril 1949, naît officiellement la République d’Irlande.

Au Québec, les Irlandais se réjouissent avec modération; les liens avec la mère-patrie se sont distendues depuis l’Indépendance de L’Irlande.

1951
1951

Au Québec, la guirlande de villages irlandais dans les Laurentides, la Beauce, l’Estrie s’est effilochée; certains disparaissent, Hill Head, Mount Maple, Avoca, Edina, Britonville, Bells, d’autres Frampton, Armagh, Ireland n’ont plus d’irlandais que le nom, d’autres l’ont même perdu, St. Andrews (Saint-André d’Argenteuil), St. Malachy, (Saint-Malachie) etc. Seules les croix celtiques dans les cimetières rappellent que ces villages étaient irlandais. Mais Shannon, Valcartier et Douglastown en Gaspésie sont toujours irlandais et il reste Griffintown « a wretched area whose tumbled, shabby houses mock at the wealth of Montreal » disait l’écrivain Stephen Leacock en 1943. Mais la prospérité de l’après-guerre a permis à plusieurs Irlandais de déménager à Pointe-Saint-Charles, Verdun, et même NDG. Néanmoins, avec South Boston, Griffintown reste le dernier quartier irlandais de l’Amérique du Nord et, en 1954, une foule d’Irlandais y fête le centenaire de St.Ann qu’on vient de rénover à grand frais. Même si les deux tiers sont des visiteurs, personne ne doute de son avenir. On a tort.

Les derniers jours de GriffintownRichard T. Pranke
Les derniers jours de Griffintown
Richard T. Pranke

Cinq ans plus tard, la voie maritime du Saint-Laurent est ouverte et le canal Lachine fermé à la navigation commerciale. L’une après l’autre, les manufactures commencent à fermer. St.Ann desservait 1500 familles au début du siècle, 90 à la fin des années 60; la moitié ne sont pas Irlandais. Les nouvelles de la mère-patrie s’estompent et tous les Irlandais de l’Amérique sont surpris quand des bombes sautent en Ulster. L’IRA est de retour.

IRA= I ran away

En 1932, le prince de Galles avait été on ne peut plus clair lorsqu’il avait inauguré à Belfast le nouvel édifice d’«un Parlement protestant pour le peuple protestant». Trente ans plus tard, c’est encore vrai; l’Ulster traite ses catholiques comme des citoyens de deuxième classe; ils sont écartés des meilleurs emplois et de l’administration. À Londonderry par exemple, ville trés majoritairement catholique, on a tellement finement découpé la carte électorale que les catholiques ont un seul échevin, les protestants deux. Les années 60 torpillent la quiétude des protestants; dans la foulée des luttes des Noirs pour l’égalité, des émeutes étudiantes à Paris contre tout, du printemps de Prague contre les Soviétiques, les catholiques de l’Ulster prennent la rue à leur tour durant l’été 1969 et exigent l’égalité. Les protestants s’attaquent aux manifestants. Ça dégénère rapidement: on incendie les maisons de part et d’autre et les troupes britanniques arrivent en Ulster pour s’interposer entre les combattants. Elles sont attaquées par les deux partis. Et l’IRA? L’organisation est dans un coma marxiste depuis des années; elle s’interroge sur la lutte des classes. Les catholiques l’accusent de ne rien faire: des graffitis apparaissent sur les murs des quartiers catholiques: « IRA= I ran away». L’IRA éclate, un groupe, l’IRA provisoire, passe à l’action. Le 6 février 1971, L’IRA provisoire tue un soldat britannique; l’insurrection devient une guerre de religion; trente ans et 3000 morts plus tard, dans une Ulster qui fait toujours partie du Royaume-Uni, les catholiques irlandais ont arraché leur place.

Mémorial de la famine à Dublin
Mémorial de la famine à Dublin

Au Canada aussi, mais pacifiquement, les Irlandais ont arraché au fédéral leur place dans l’histoire; au cimetière de Grosse Île.

Pétris de bons sentiments, les hauts fonctionnaires d’Ottawa désiraient oublier les morts de Grosse Île et les fautes britanniques dans l’optique d’un meilleur vivre ensemble. En 1992, Parcs Canada annonce que l’île sera un lieu historique consacré à l’immigration… en général. Aussitôt, une centaine d’associations irlandaises se regroupe autour d’Action Grosse île qui accuse: «Ce que les Irlandais ont vécu à Grosse Île ne peut devenir une note en bas de page; on ne peut pas regrouper ensemble les Irlandais et les immigrants britanniques.» «Grosse Île est un cimetière irlandais.»

ROBINSON_3B20Ottawa recule et annonce le 4 août 1994, qu’on portera une attention spéciale aux Irlandais d’où le nom boiteux de Lieu historique national du Canada de la Grosse-Île-et-le-Mémorial-des-Irlandais. Une quinzaine de jours plus tard, Mary Robinson, la Présidente de l’Irlande est à Grosse Île.

Sa visite coincide avec le pélerinage annuel de l’Ancient Order of Hibernians; aussi, c’est

devant plusieurs centaines de personnes venues de Montréal, Québec, Belfast, Chicago et Nouvelle-Orléans que la Présidente déclare: « Cette terre sanctifiée est plus qu’un lieu pour commémorer le passé et honorer ceux qui sont enterrés ici; Grosse Île nous met au défi de rejeter l’idée même de «victimes inévitables».» Longeant lentement les fosses communes surmontées de croix blanches, ils ont ensuite grimpé la petite colline où s’élève la croix dressée en 1909.

Au bas de la croix est gravé un texte en gaélique, en français et en anglais:

Le texte gaélique

« Des milliers d’enfants des Gaëls
furent portés disparus sur cette île
en fuyant des
lois étrangères tyranniques
et une famine artificielle
durant les années 1847-1848.
Que Dieu les bénisse.
Ce monument fut érigé
en leur mémoire par les
Gaëls d’Amérique.
Que Dieu sauve l’Irlande. »

Le texte français

« À la pieuse mémoire de milliers d’émigrés irlandais qui,
pour garder la foi, souffrirent la faim et l’exil et,
victimes de la fièvre, finirent ici leur douloureux pèlerinage,
consolés et fortifiés par le prêtre canadien.
Ceux qui sèment dans les larmes moissonneront
dans la joie. (Psaume 126:5) »

(Voir Lieu historique national de la Grosse-Île-et-le-Mémorial-des-Irlandais)

Mais Mary Robinson ne va pas à Griffintown. Le coeur irlandais du Québec est devenu un terrain vague.

La journaliste Stéphanie Lalut a écrit il y a quelques années « Griffintown: à la recherche d’une ville perdue»

« Dans la Cité du multimédia, où le coeur de Montréal bat au rythme des kilobits et où les plus beaux paysages se dessinent en HTML, dort Griffintown. Pendant un siècle, entre les rues Notre-Dame, McGill et Guy, des milliers d’Irlandais ont habité ce quartier ouvrier. Griffintown n’est plus qu’un souvenir flou dont quelques anciens racontent la triste histoire, la nuit de la Saint-Patrick.

La visite

Je suis arrivée par le métro Square-Victoria, le coté nord du quartier. La rue McGill, limite Est du « Griff », est animée. Cafés, restaurants, boutiques. Pour être certaine de ne rien manquer, je parcours en ziz-zag de long en large toutes les rues : King, Queen, Prince, Duke. Entre les stationnements bétonnés, des nouveaux lofts « avec vue sur le fleuve » et quelques maisons de productions média, rien n’indique un passé irlandais… ni même un passé tout court!

Quelques bâtiments de briques rouges, où on peut discerner les noms de vieilles compagnies peintes sur la facade, ne donnent aucun repère sur l’époque de leur construction. Seule la caserne de pompiers transformée en édifice de la ville de Montréal porte encore son nom. Je cherche un indice, un symbole qui me confirmerait l’existence de Griffintown. J’aurais probablement plus de chance de trouver un trèfle à quatre feuilles. Je débouche sur la rue de la Montagne. Enfin, une pancarte touristique de Montréal.

 St.Ann
St.Ann

Devant mes yeux s’élève l’église St.Ann, le coeur de Griffintown. Avec sa tour bombée et ses immenses fenêtres, elle a fière allure. J’entre facilement bien qu’il soit déjà tard. Dommage que je sois en train de courir dans des ruines: St.Ann a été démolie en 1970 et la photo que j’admire vient des archives du Musée McCord. C’est maintenant le parc Griffintown-St.Ann.

img_2454
Parc Griffintown-St.Ann

Griffintown n’est pas morte de façon naturelle, elle a été euthanasiée. En 1963, le secteur est rezoné district industriel. Pour les fonctionnaires de Montréal, Griffintown est un taudis. L’histoire se répète. On expulse encore, cette fois pour l’autoroute. En 1990, les fonctionnaires rebaptisent le quartier : Faubourg-des-Récollets, en l’honneur des premiers missionnaires venus en Nouvelle-France.

Le 26 août dernier, lors de la fête de Ste-Anne, les derniers survivants de Griffintown se sont réunis sur le site de l’église pour une messe. Ces Irlandais vieillissants reviennent chaque année sur le lieu qui les a vus naître. Ils entretiennent la mémoire de leur ville, conscients que chaque année qui passe les rapproche de la dernière fois.

Comme une vieille photo d’adolescence ingrate, Griffintown est maintenant inhumée loin derrière, avec un nouveau nom de scène, sous le joli maquillage des immeubles d’aluminium. La Boîte Noire s’est installée là, preuve irréfutable du changement de classe. En sirotant mon double expresso, dans un nouveau café sans chaleur, je tends l’oreille. J’imagine maintenant un bruit à peine perceptible. Est-ce le coeur du « Griff »? Peut-être bat-il encore? »


Autres articles de la série «Petite histoire de…» publiés dans le Kiosque

Petite histoire des Inuit, de leur arrivée en Amérique à aujourd’hui

Petite histoire de la Mafia et du crime organisé en Amérique

Petite histoire de la guerre contre les drogues

Petite histoire de : La réforme scolaire: né pour un petit bulletin

Petite histoire des Noirs du Québec

Petite histoire des prisons

Petite histoire de : L’indéchiffrable manuscrit

Petite histoire des entités et autres esprits : Le médium et le message

Petite histoire des Indiens d’Amérique : Le Printemps indien

Petite histoire de Joseph Jean, l’étrange Ukrainien

Petite histoire des camarades québécois

Petite histoire de : L’aventure chrétienne

Petite histoire de l’insaisissable trésor de l’Ile-aux-Chênes

Petite histoire des lépreux de l’Acadie

Petite histoire des Robin: exploiter les Gaspésiens jusqu’à la dernière morue

Petite histoire des Canadiens français dans la Résistance  
« Et maintenant, mettez le feu à l’Europe ! » (Winston Churchill)

Les Anonymes: Petite histoire des groupes anonymes

Petite histoire de la forêt québécoise

Petite histoire de la Bataille du Saint-Laurent, la victoire oubliée

La folle histoire de la folie