Le boss : Jean-Philippe Cotton « Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides »

 

Le sous-boss Alain Jutras

La job mal faite

Un an pour fermer une résidence où des déficients intellectuels étaient en danger

Un article d’Ariane Lacoursière, La Presse

Lieux non sécuritaires. Usagers qui se font agresser physiquement. Manque de personnel.

Un usager ayant la diarrhée s’est vu refuser la permission d’apporter des couches supplémentaires à l’école.

Le (CISSS) des Laurentides a attendu près d’un an avant de fermer l’établissement. (Le Protecteur du citoyen)

« le CISSS a nettement sous-estimé les risques d’atteinte à la sécurité pour des usagers vulnérables, dont il a pourtant la responsabilité d’assurer la sécurité ». (Le Protecteur du citoyen)

le CISSS « avait pleinement conscience des difficultés vécues dans cette ressource ainsi que des risques associés pour les usagers ».(Le Protecteur du citoyen)

Le Protecteur du citoyen s’interroge d’ailleurs « sérieusement » sur le suivi qui a été effectué concernant l’aménagement des lieux de la ressource intermédiaire.